La Directrice générale célèbre le 10eme anniversaire de la Convention de 2005 à Mons (Belgique)

Le 25 octobre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a participé au Forum international organisé à Mons (Belgique), dans le cadre de la Capitale européenne de la Culture 2015, pour célébrer le 10eme anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 2005, sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Le Forum, organisé conjointement par la Ville de Mons et Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, réunissait des experts, des artistes, des responsables de plate-forme numériques, des acteurs du secteur de la culture pour dresser le bilan après 10 ans de mise en œuvre de la Convention de 2005 et  explorer les moyens de mettre les nouvelles technologies numériques au service de la diversité des expressions culturelles.

Le Bourgmestre de la Ville de Mons, M. Elio Di Rupo est revenu sur plus de 20 ans d'engagement au service de la diversité culturelle, et sur ce qui est resté comme "l'esprit de Mons" lorsque la ville à donne le coup d'envoi d'une mobilisation internationale sur ce principe : « la culture nous nourrit et nous réunit : elle est un enjeu démocratique et ne peut pas être soumis aux seules règles du marché, » a-t-il déclaré.  Le Ministre-Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a souligné l'importance de la culture comme bien de première nécessité en rappelant que « le combat pour la diversité culturelle est loin d'être achevé, il faut sans cesse rappeler ce principe, en particulier dans les négociations commerciales, » a-t-il averti. « Il est impératif de ne pas baisser la garde » . La Secrétaire générale de l’Organisation international de la Francophonie, Michaëlle Jean, est revenue sur le rôle de l'OIF dans l'adoption de la Convention, appelant à un nouvel engagement pour la diversité à moins d'un mois du forum organisé par la Francophonie à Bamako, dans le cadre du 10eme anniversaire de la Convention de 2005.

La Directrice générale a souligné le rôle central joué par la Belgique, en particulier la Fédération de la Wallonie-Bruxelles, dans l'adoption de la Convention. Aujourd’hui, 140 Parties, y compris l'Union européenne, ont ratifié la Convention. La Convention de 2005 est le premier traité international en son genre à reconnaître la nature spécifique des biens et des services culturels, et à donner aux états les moyens de soutenir leurs industries culturelles.

« Aujourd’hui, de plus en plus de pays misent sur la culture et le secteur créatif pour lutter contre la pauvreté, créer de l’emploi, consolider la cohésion sociale, pour inscrire la croissance dans la durée », a déclaré la Directrice générale « la Convention de 2005 est la feuille de route que nous devons exploiter pour profiter de ce potentiel global ».

Se tournant vers l’avenir, la Directrice générale a dit que « Le numérique est clairement la nouvelle frontière de la mise en œuvre de l’esprit de 2005. Le numérique bouleverse les façons de produire, de partager la culture, c’est une chance pour la création si nous savons construire des politiques adaptées, » soulignant que « L’UNESCO prendra toute sa part à cet effort collectif, pour aligner, moderniser, mettre en cohérence les systèmes de soutien, combiner les efforts pour favoriser l’émergence d’une politique culturelle encore plus forte. »

« Investir dans la diversité culturelle, c’est vouloir mettre en avant le pouvoir de la culture à rendre les sociétés plus innovantes, plus inclusives, plus durables. C’est vouloir des sociétés où chacun peut participer à la vie culturelle et l’enrichir, » a conclu Irina Bokova. « Devant les incertitudes de l’avenir, nous avons besoin de porter l’intuition fondatrice  de la Convention de 2005. »

A l'issue ‎du forum, les participants ont adopté la déclaration de Mons, qui marque la volonté d'un nouvel engagement politique international pour la diversité culturelle et pour la convention de 2005.