La Directrice générale participe au XVe Sommet de la Francophonie à Dakar

Le XVe sommet ‎de la Francophonie s'est ouvert aujourd'hui à Dakar, sur le thème « Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix, acteurs de développement ».

La séance inaugurale s'est ouverte par un vibrant plaidoyer du Président Macky Sall en faveur des droits universels et de l'éducation :

« La francophonie est l'expression de notre attachement commun aux valeurs universelles de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme, » a-t-il souligné, rappelant également le rôle de l'éducation de qualité pour lutter durablement contre l'extrémisme, contre la violence, et pour le développement : « La francophonie, c'est aussi la mobilité dans l'éducation, la recherche, l'enseignement supérieur. »

‎La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, participait à la session d'ouverture ou elle s'exprimait au nom du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. 

« Les femmes et les jeunes représentent ensemble une grande majorité de la population mondiale, pourtant il arrive souvent que leurs intérêts soient mis de côté et que leur voix ne soit pas entendue, » a-t-elle déclaré, mettant l’accent sur les progrès considérables qui ont été faits ces dernières années en ce qui concerne l’accès des filles à l’enseignement primaire et la représentation politique des femmes. « Mais cette évolution reste bien trop lente et inégale, » a-t-elle poursuivi en rappelant que quand les femmes et les jeunes ont d’avantage de moyens d’action, tout le monde recueille les fruits.

Le Sommet a aussi rendu un hommage tout particulier au Président Abdou Diouf, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont le troisième et dernier mandat prend fin cette année.

Dans son allocution, le Président ‎de la République française a notamment déclaré : « Ici, à Dakar, ce nouveau centre de conférence porte votre nom, et dans le monde entier, votre nom porte avec lui toutes les valeurs de la démocratie. »

« Le Président Abdou Diouf a montré que la Francophonie ne repose pas que sur une langue, mais sur un projet multiculturel et multilingue, » a dit la Directrice générale. « C’est cette vision du monde qui fait que votre mouvement dépasse largement les frontières du monde francophone, » a également ajouté Irina Bokova.

‎En clôture de la matinée, le Secrétaire général Abdou Diouf, en guise d'au revoir, a déclaré  : « La plus grande menace aujourd'hui, ce n'est pas le terrorisme, Ebola ou la crise, la plus grande menace, c'est de renoncer à la solidarité, c'est le repli sur les intérêts particuliers, et la Francophonie est mesure d'y répondre aujourd'hui, par la force de sa langue partagée, la langue qui donne un sens à un monde en quête de sens. »