La Directrice générale participe aux discussions de la réunion ministérielle restreinte de la Coalition contre Daesh

2 Juin – La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, s’est adressée le 2 juin aux Membres de la Coalition contre Daesh, réunis à Paris à l’invitation du Ministre des Affaires étrangères de la France, M. Laurent Fabius, sur la situation du patrimoine culturel en Iraq et en Syrie et les moyens mis en œuvre par l’UNESCO pour le protéger.

La Directrice générale a salué le communiqué conjoint adopté à la suite de la réunion ministérielle.

« Ces discussions témoignent d’une volonté politique forte de mettre en œuvre une stratégie commune, de long terme, qui couvre l’ensemble des aspects du conflit, et notamment l’aspect culturel à travers la destruction du patrimoine, qui est utilisée comme une arme de guerre dans le but de déchirer les sociétés et de répandre la terreur. » a déclaré la Directrice générale.

Dans leur communiqué, les membres de la coalition ont notamment exprimé « leur soutien aux plans d’action de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel d’Iraq et de Syrie, la résolution de l’UNESCO  sur la culture en zones de conflits, la campagne #unite4heritage » et salué l’action de l’UNESCO «  dans la mise en œuvre de la résolution du Conseil de Sécurité 2199 » visant à lutter contre le trafic illicite des biens culturels en vue d’assécher les sources de financement du terrorisme.

La réunion était placée sous la présidence de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international, du Premier Ministre de l’Iraq, M. Haïdar al-Abadi, et du Secrétaire d’Etat américain M. John Kerry, et s’est tenue en présence de délégations de 24 Etats.

La Directrice générale a exposé aux membres de la coalition l’ampleur de la tragédie culturelle : « Jamais au cours de l’histoire récente nous n’avons vu une destruction aussi brutale et systématique du patrimoine. » a-t-elle indiqué, en appelant à intégrer la protection du patrimoine dans toute stratégie durable de construction de la paix et de lutte contre l’extrémisme violent. « La tragédie culturelle est un élément constitutif de la crise humanitaire et sécuritaire et, par conséquent, nous devons intégrer la protection du patrimoine dans la réponse politique et les stratégies de paix (…). L’extrémisme ne sera pas vaincu par les forces des armes uniquement  –nous devons aussi gagner la bataille des idées, faire comprendre la valeur du patrimoine. Ce travail passe par les médias, par les écoles, pour aider les jeunes à résister aux fausses promesses des extrémistes, à réfuter leurs pseudo-arguments, et rejeter le fanatisme. »

« Ce n’est pas seulement une urgence culturelle, c’est un impératif de sécurité. » a-t-elle conclu.

La réunion du groupe restreint de la coalition anti-Daesh intervient au lendemain de plusieurs réunions de haut niveau organisées par l’UNESCO et le département d’Etat Américain, sur le pillage et la destruction du patrimoine en Iraq et en Syrie. Le Sous-Secrétaire d’Etat, Richard Stengel, a notamment condamné l’inquiétante « militarisation de la culture », et la façon dont la destruction du patrimoine est utilisée comme une arme de guerre et un outil de propagande.

Plusieurs intervenants, experts, représentants des musées et collectionneurs ont partagé leur vision de la situation, appelant à davantage de recherche et de partage de données sur le trafic illicite de biens culturels, dont on ne peut qu’estimer l’ampleur au vu de l’échelle industrielle du pillage des sites archéologiques.

La veille la Directrice générale participait au musée du Louvre au lancement de la nouvelle liste rouge des antiquités irakiennes en péril,  publiée par l’ICOM (Conseil International des Musées), qui participe à la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO de 1970  sur la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. La liste actualisée complète également la Liste Rouge de l’ICOM publiée il y a deux ans pour la Syrie. Le lancement de la Liste Rouge s’est fait en présence de Madame la Ministre de la culture de la France, Fleur Pellerin, de Mr Richard Stengel, Sous-Secrétaire d’Etat Américain, du Pr. Dr. Hanz Martin Hinz, Président de l’ICOM, et de M. Martinez, Président du Musée du Louvre. « C’est un symbole fort que nous soyons rassemblés ici, l’UNESCO, l’ICOM, avec la France et les Etats-Unis, au Louvre, qui est justement un musée universel, un lieu pour comprendre que les cultures sont liées entre elles, et que ce qui se passe en Iraq, en Syrie, nous concerne tous, car il s’agit de notre humanité commune. » a notamment déclaré la Directrice générale, appelant les journalistes présents à se mobiliser pour expliquer la valeur et la signification de ce patrimoine, et à rejoindre la campagne #unite4heritage menée par l’UNESCO.