La Directrice générale s'adresse à l’Union Interparlementaire à l'occasion de la COP21

Le 6 décembre 2015, a l'invitation du Président du Sénat de la République française, Monsieur Gérard Larcher, Irina Bokova s'est adressée à l’Union interparlementaire (UIP) dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP 21.

Pour la première fois de l’histoire de l’UIP, les parlementaires, sous la présidence de S.E. Saber Chowdhury (Bangladesh), ont adopté une déclaration finale contraignante qui comporte 22 résolutions, et par laquelle ils s’engagent à évaluer le progrès dans la lutte contre le changement climatique par la mise en place d'un mécanisme de suivi des résultats accomplis sur une base annuelle, marquant ainsi l'engagement déterminé des parlementaires ‎à remplir pleinement leur rôle de proximité du terrain et des collectivités territoriales dans la lutte contre le changement climatique.

‎"C’est un signe fort de la capacité des parlements à faire la différence de par  leur proximité des communautés et par leur force de rassemblement" a déclaré Irina Bokova.

‎La Directrice générale s’est exprimée en faveur d’une coopération mondiale pour l’Agenda 2030 et la COP21, en soulignant 70 ans de volonté et d’engagement sans relâche de l’UNESCO aux côtés des gouvernements et des populations par la recherche scientifique au service du développement durable pour les générations futures.

‎La réunion a rassemblé près de 450 participants, dont 254 parlementaires et 13 Présidents de Parlement venant de 73 pays, pour débattre les effets du dérèglement climatique et les moyens permettant de les contenir.

Voir la vidéo de l’intervention de la Directrice générale.

Au cours de l'entretien bilatéral avec le Président du Sénat de la République française, Monsieur Gérard Larcher, ce dernier s'est félicité de l'action de l'UNESCO pour la protection du patrimoine mondial dans les zones de conflit en notant que les atteintes au patrimoine culturel sont des atteintes qui touchent au cœur même de nos sociétés.

Dans ce contexte, la Directrice générale a souligné que les destructions du patrimoine culturel participent d'une même stratégie de déstabilisation des sociétés et d'atteinte à la diversité culturelle. A ce titre, elle a informé le Président du Sénat des efforts déployés par l'UNESCO pour lutter contre la radicalisation des jeunes et l'extrémisme violent par l'éducation‎.

Le Président a mentionné, pour sa part,  le lien étroit entre la violence des jeunes et la responsabilité qui nous incombe d'agir sur les comportements pour lutter contre le réchauffement climatique en mettant l'accent sur l'éducation au développement durable qui passe par la reconnaissance de notre interdépendance en matière de préservation de la planète.