La Directrice générale s’exprime à la Conférence internationale sur le développement durable

Le 23 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a participé à la Conférence internationale sur le développement durable, sur le thème « Mettre en œuvre les ODD : le démarrage », à l’Institut de la Terre de l’Université Columbia à New York.

Parmi les principaux intervenants figuraient S. E. Mme Ellen Johnson Sirleaf, Présidente du Libéria, M. Jan Eliasson, Vice-Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, ainsi que M. Jeffrey Sachs, Directeur de l’Institut de la Terre à l’Université Columbia et Conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU pour les Objectifs du Millénaire pour le développement.

La Présidente Sirleaf a déclaré que le nouveau programme de développement traduisait une vision véritablement universelle, pour un monde « délivré de l’extrême pauvreté, de la faim et de la misère, un monde durable ».

« Nous ne formons qu’une seule et même humanité, un seul et même monde, et si nous unissons nos efforts, nous pourrons relever les défis du siècle à venir », a déclaré la Présidente, soulignant les enseignements tirés de la crise du virus Ebola et l’importance de la révolution des données pour aller de l’avant.

« C’est une année historique pour le nouvel agenda du développement durable et les négociations sur le changement climatique – ces deux éléments étant intimement liés – et nous devons prendre les bonnes décisions à cet égard », a déclaré Irina Bokova.

« Pour ce faire, nous devons nouer de nouveaux partenariats pour favoriser l’innovation, l’inclusion et le sentiment d’appropriation – nous devons fournir aux gouvernements tous les outils dont ils ont besoin : des conseils pour la formulation des politiques, des normes et réglementations, ainsi que des capacités, pour faire progresser l’humanité ensemble, en œuvrant avec la société civile et le secteur privé, et en particulier avec les jeunes, filles et garçons », a-t-elle ajouté.

« Un tel objectif nécessite une nouvelle approche du développement. Il n’est pas ici question de charité, il est question de faire avancer l’humanité tout entière, ensemble. Nous devons mobiliser de nouvelles sources et des partenariats plus larges qui œuvrent en faveur de tous les nouveaux objectifs », a poursuivi Irina Bokova, insistant sur les effets multiplicateurs, en termes de développement, que peuvent avoir l’éducation, la science, la technologie et l’innovation en particulier pour autonomiser les filles, corriger les inégalités et ne laisser personne de côté.

Le Vice-Secrétaire général Jan Eliasson a rappelé les liens existant entre tous les Objectifs, ainsi que l’importance des droits de l’homme : « la paix ne saurait exister en l’absence de développement et le développement ne peut exister sans la paix – et aucun de ces deux éléments sans les droits de l’homme et l’état de droit ».

Jeffrey Sachs a quant à lui insisté sur la responsabilité qui incombe à tous de faire de ce nouveau programme de développement une réalité : « il n’y a pas un responsable – nous sommes tous responsables ».

Cette conférence rassemblait des professionnels des milieux universitaires privés, des organismes publics et de la société civile, ainsi que des étudiants des plus grandes universités du monde entier, deux jours avant le Sommet des Nations Unies, afin de recenser et partager des solutions concrètes, fondées sur des éléments factuels, à l’appui des Objectifs de développement durable.

« C’est un moment historique », a déclaré la Directrice générale. « Mettons-nous au travail… »

Site Web de la Conférence internationale sur le développement durable