La Directrice générale souligne l’importance de l’éducation comme ciment de la paix en Colombie

dg_colombia_debate_peace_688px.jpg

© Ministerio de Educación de Colombia
04 Février 2017

Les 2 et 3 février, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a participé à Bogotá au 16e Sommet mondial des prix Nobel de la paix et a souligné l’importance de l’éducation pour bâtir une paix durable et comme instrument de résolution des conflits.

Dans l’allocution qu’elle a prononcée lors de la table ronde intitulée « Paix et éducation, le cercle vertueux », qui s’est tenue le 3 février, Mme Bokova a souligné l’importance de l’éducation en tant que bien public et a félicité le Gouvernement colombien d’en avoir fait une priorité de son programme politique. De même, elle a énuméré les points forts nécessaires pour parvenir à une éducation de qualité, en particulier la formation des enseignants, le recours aux nouvelles technologies et l’égalité des genres. « Il faut aider les filles par une formation scientifique et technique, en commençant par les filles défavorisées, en les accompagnant à tous les niveaux d’enseignement », a affirmé la Directrice générale.

« Il importe que les jeunes développent une attitude critique à l’égard de la société pour donner naissance à un esprit de tolérance et à une culture du dialogue et de l’inclusion sociale », a-t-elle ajouté.

Aux côtés de Mme Bokova et de Mme Yaneth Giha Tovar, Ministre de l’éducation de la Colombie, plusieurs personnalités ont participé à ce sommet : Kailash Satyarthi, lauréat du prix Nobel de la paix en 2014 ; Anthony Lake, représentant de l’UNICEF (organisme récompensé en 1965) ; Marcelo Kohen, Secrétaire général de l'Institut de droit international (lauréat en 1904) ; Ahmed Üzümcü, représentant de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (entité primée en 2013) ; Ouided Bouchamaoui, membre du Quartet du dialogue national à Tunis (récompensé en 2015).

Le Président, M. Juan Manuel Santos, prix Nobel de la paix 2016, a inauguré le Sommet le 2 février en rendant hommage aux victimes du conflit et aux générations futures. « Nous devons nous appuyer sur l’éducation, la formation de nos enfants et de nos jeunes, et leur enseigner une culture de la tolérance, du respect d’autrui et de ses différences, d’amour et de défense de la diversité », a déclaré le Chef de l’État.

La Directrice générale, qui a participé à cette conférence à l’invitation du Secrétariat permanent du Sommet mondial des prix Nobel de la paix et de la Chambre de commerce de Bogotá, a également prononcé un des discours principaux de la séance plénière du 2 février, intitulée « La prévention des conflits, le maintien de la paix ». « Il faut faire preuve de courage mais il faut aussi adopter une vision nouvelle, la vision d’un nouveau vivre ensemble, une vision nouvelle de foi en l’avenir, de dignité et de droits pour chaque Colombien », a déclaré la Directrice générale au sujet du conflit colombien.

Le Sommet mondial des prix Nobel de la paix réunit chaque année des lauréats de ce prix, de hauts responsables, des organisations, des étudiants et des professeurs d’université dans différentes villes du monde entier. Bogotá, choisie pour sa capacité à évoluer et répondre au défi de la paix, est la première ville d’Amérique latine à accueillir ce rendez-vous.