La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre du journaliste japonais Kenji Goto

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné l’assassinat du journaliste indépendant Kenji Goto par des extrémistes en Syrie et exhorté les autorités et tous les professionnels des médias travaillant en Syrie et en Iraq à prendre les mesures qui s’imposent pour garantir la sécurité des journalistes.

« Kenji Goto était un journaliste de guerre chevronné qui avait à cœur de montrer les souffrances infligées aux citoyens lors des conflits », a déclaré la Directrice générale. « Ce meurtre de sang-froid  est un acte odieux que je condamne avec la plus grande fermeté ».

            « J’exhorte les autorités à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour traduire les auteurs de ce crime en justice. J’appelle aussi tous les journalistes et les professionnels des médias qui couvrent les événements en Syrie et en Iraq, et dans d’autres zones de conflit, à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour garantir leur propre sécurité ».

            Kenji Goto, 47 ans, avait travaillé en Afghanistan et en Syrie pour plusieurs médias japonais, notamment la chaîne publique NHK, la chaîne TV Asahi et plusieurs journaux. Il s’était rendu en Syrie à la fin octobre et avait disparu peu de temps après. Le 31 janvier, une vidéo montrant sa décapitation a été diffusée.

            L’UNESCO prône une meilleure protection pour les journalistes travaillant dans des environnements dangereux. L’UNESCO s’emploie également à sensibiliser les médias à la nécessité de préparer les journalistes aux dangers du reportage de guerre. Une publication (en anglais) sur ce sujet peut être téléchargée gratuitement.

La Directrice générale publie des communiqués sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

***

Contact médias : Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».