La Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova et la journaliste Christiane Amanpour expriment leur soutien à la lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, Khadija Ismayilova

Le 9 mai, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et Christiane Amanpour, Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes, ont évoqué le succès de la Journée mondiale de la liberté de la presse marquée par un événement principal organisé à Helsinki (Finlande) le 3 mai.

La plus grande conférence jamais organisée a réuni 1100 experts, responsables et journalistes du monde entier pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse.

A cette occasion, le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2016 a été décerné à Khadija Ismayilova (Azerbaïdjan), emprisonnée depuis 2014. Créé en 1997 par le Conseil exécutif de l'UNESCO, ce Prix est destiné à distinguer une personne, une organisation ou une institution qui a contribué, de manière notable, à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse où que ce soit dans le monde, surtout si pour cela elle a pris des risques.

Dans le passé, lorsque le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano a été remis à un journaliste emprisonné, le soutien de l’UNESCO et la visibilité liée au Prix ont toujours favorisé sa libération. Ce fut le cas de Mazen Darwish, Président du centre syrien pour les médias et la liberté d’expression, lauréat du Prix en 2015, qui a été libéré et a pu assister à la conférence organisée à Helsinki.

Dans cet esprit, Irina Bokova et Christiane Amanpour ont de nouveau appelé le gouvernement et les autorités d’Azerbaïdjan à la libération immédiate de Khadija Ismayilova.