La Directrice générale de l’UNESCO salue l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies d’une résolution visant à renforcer la protection du patrimoine culturel en Syrie et en Iraq

12 Février 2015

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a salué l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies de la nouvelle résolution 2199 qui condamne la destruction du patrimoine culturel et adopte des mesures juridiquement contraignantes pour lutter contre le trafic illicite des antiquités et des biens culturels en provenance d'Iraq et de Syrie.

« L'adoption de la résolution 2199 est une étape décisive dans le renforcement de la protection du patrimoine culturel de l’Iraq et de la Syrie. Elle étend notamment à la Syrie l'interdiction du commerce des biens culturels qui s’applique déjà pour l’Iraq depuis 2003. Elle reconnaît explicitement que le pillage, la destruction et le trafic du patrimoine culturel ne sont pas seulement une tragédie culturelle – il s’agit d’une urgence politique et de sécurité qu’il faut impérativement prendre en compte dans tous les efforts de paix », a déclaré la Directrice générale. 

« La destruction et le pillage du patrimoine de l’Iraq et de la Syrie ont atteint des niveaux sans précédent. Le trafic illicite des biens culturels alimente le conflit en procurant des revenus aux groupes armés et aux terroristes. Cette résolution reconnaît que le patrimoine culturel se situe en première ligne des conflits d'aujourd'hui, et joue un rôle de premier plan pour restaurer la sécurité et construire une réponse politique à la crise », a-t-elle ajouté.

La Directrice générale a également salué l’appel à la responsabilité de toutes les parties impliquées dans le conflit vis-à-vis du patrimoine culturel. Elle a par ailleurs salué le soutien massif des membres du Conseil de sécurité en faveur de cette résolution.

« La protection du patrimoine culturel de la Syrie et de l'Iraq a des implications stratégiques beaucoup plus larges - elle est fondamentale pour l'identité et la cohésion sociale de tous les Iraquiens et de tous les Syriens et c’est une condition préalable à la paix et à la construction de l’avenir ».

Se félicitant du rôle explicite attribué à l'UNESCO par le Conseil de sécurité, la Directrice générale a réaffirmé l'engagement de l'Organisation « à accompagner les États membres pour assurer le plein respect de la Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels ».

« La destruction du patrimoine culturel unique de la Syrie et de l'Iraq représente une perte pour toute l'humanité et il est de notre responsabilité commune de nous élever pour sa protection», a conclu la Directrice générale.