Les dirigeants mondiaux appellent à « Investir pour l’éducation »

63156.jpg

© UNESCO

L’UNESCO, ainsi que les gouvernements de l’Éthiopie, de la Norvège et de la République de Corée, appellent à accroître le financement de l’éducation et à renforcer son efficacité afin qu’aucun enfant, jeune ou adulte ne soit laissé de côté. Les dirigeants mondiaux mettent en garde qu’à moins que des efforts plus intenses ne soient consentis, le nouvel Objectif de développement durable visant à assurer une éducation inclusive et équitable de qualité ainsi que des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous sera impossible à atteindre.

Le message sera transmis aux représentants gouvernementaux de haut niveau ainsi qu’aux représentants des entreprises et de la société civile, lors de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement qui se tiendra à Addis-Abeba, en Éthiopie, par le biais d’un événement parallèle intitulé « Investir pour l’éducation ». La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, insistera sur la nécessité d’accroître les investissements, aux côtés du Ministre de l’Éducation éthiopien, Shiferaw Shigute, les ministres des Affaires étrangères de la République de Corée et de la Norvège,  Yun Byung-se et Børge Brende, ainsi que de la Présidente du Conseil d’administration du Partenariat mondial pour l'éducation, Julia Gillard.

L’événement du 14 juillet s’appuie sur les efforts déployés par la communauté mondiale de l’éducation lors du Forum mondial sur l’éducation tenu cette année à Incheon (voir la Déclaration d’Incheon), en République de Corée, et du Sommet d’Oslo sur l’éducation pour le développement en Norvège, tout en mettant directement l’accent sur l’Assemblée générale des Nations Unies qui aura lieu en septembre, durant laquelle un nouvel ensemble d’Objectifs de développement durable ainsi qu’un cadre financier seront adoptés.

Une étude récente sur le financement de l’éducation issue du Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous (EPT) de l’UNESCO met en évidence le défi qui se pose désormais à la communauté internationale quant aux moyens de financer ce nouvel objectif ambitieux pour l’éducation. Selon cette étude, le coût total annuel de la fourniture d’une éducation à tous les enfants et adolescents dans les pays en développement, qui représentait 149 milliards de dollars des États-Unis en 2012, s’élèvera à 340 milliards de dollars entre 2015 et 2030. D’ici à 2030, les pays en développement devront accroître le montant qu’ils dépensent pour chaque élève du primaire de 70 dollars à 197 dollars, et pour chaque élève du secondaire, de 301 dollars à 536 dollars.

Bien que les ressources nationales demeurent la principale source de financement de l’éducation, celles-ci ne seront pas suffisantes pour atteindre les nouvelles cibles de l’éducation d’ici à 2030. Pour cette raison, les dirigeants mondiaux qui participeront à l’événement parallèle « Investir pour l’éducation » démontreront à quel point il est nécessaire de mettre en œuvre un développement axé sur les résultats et de créer des partenariats efficaces, non seulement pour offrir aux enfants, aux jeunes et aux adultes des possibilités d’éducation de qualité, mais aussi pour permettre à tous les pays de parvenir à un développement durable à long terme.

L’événement parallèle « Investir pour l’éducation », organisé par la République fédérale démocratique d'Éthiopie, la Norvège, la République de Corée et l’UNESCO, se tiendra le mardi 14 juillet 2015 de 10h à 11h30 à l’Hôtel Elilly, Gada Hall, à Addis-Abeba, en Éthiopie.