Les données PISA 2015 révèlent que le harcèlement constitue un problème majeur dans les écoles

29 Juin 2017

Il ressort de l’enquête du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) lancée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2015 et publiée en 2017, que le harcèlement constitue un problème majeur dans les écoles. Cette enquête a recueilli les réponses de 540 000 élèves de 15 ans dans 72 pays.

Près de 11 % des élèves ont rapporté que d'autres élèves s’étaient moqués d'eux au moins quelques fois par mois, tandis que 4 % ont indiqué avoir été frappés ou bousculés par d'autres élèves au moins quelques fois par mois.

Qui est le plus exposé au risque de harcèlement ?

Bien que les filles soient moins souvent victimes d'agressions physiques que les garçons, elles rapportent un peu plus d'incidents de harcèlement psychologique, notamment des rumeurs– 9,2 % de filles et 7,6 % de garçons ont déclaré avoir été victimes de rumeurs malveillantes au moins quelques fois par mois. L'étude montre que les harceleurs s’attaquent en particulier aux élèves migrants récemment arrivés ainsi qu’aux élèves dont les résultats scolaires sont faibles. Il convient de noter que les élèves soutenus par leurs parents en cas de difficultés à l'école se déclarent moins harcelés.

Le harcèlement s’accompagne d’une gamme d'effets négatifs

Les élèves qui sont fréquemment exposés au harcèlement ont rapporté une série de conséquences négatives pour l’éducation, notamment l'absentéisme scolaire et un sentiment d'appartenance scolaire affaibli. En moyenne, près de 42 % des élèves qui font fréquemment l’objet de harcèlement ont déclaré se sentir étrangers à l’école, contre seulement 15 % de ceux qui ne sont pas exposés au harcèlement. Les élèves des écoles où le harcèlement est un phénomène fréquent ont des notes inférieures de 47 points en science, par rapport aux élèves des écoles où le harcèlement se produit moins souvent. En général, les victimes de harcèlement indiquent se sentir moins satisfaits de la vie.

Un meilleur environnement scolaire pourrait prévenir le harcèlement

L'étude révèle que la proportion d’élèves fréquemment harcelés est supérieure d’environ sept points de pourcentage dans les écoles où règne un mauvais climat de discipline par rapport aux écoles où le climat est bon, en référence à la moyenne des pays mesurée par l'OCDE (si l’on ne prend pas en compte le profil socio-économique des élèves et des écoles). Les élèves qui fréquentent les écoles où la perception d’un comportement injuste des enseignants est supérieure à la moyenne nationale ont une probabilité d’être fréquemment harcelés supérieure de 12 points de pourcentage par rapport aux élèves des écoles où cette perception est inférieure à la moyenne nationale. Cela pourrait indiquer que le harcèlement est plus fréquent dans les écoles où les élèves ont l’impression que leurs enseignants ne sont pas efficaces dans la transmission des normes de comportement respectueux et non violent.

Liens