Douze nouvelles inscriptions sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

infocus_ich_nigeria_rl.jpg

Fishing nets being prepared in readiness for the competition - Argungu international fishing and cultural festival (Nigeria)
© 2008 by Adeniyi Olagunju
01 Décembre 2016

Addis Abeba – Douze nouveaux éléments ont été ajoutés cet après-midi à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, suite aux décisions adoptées en Éthiopie par le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui siège jusqu’au 2 décembre. 

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité est composée d’expressions qui démontrent la diversité du patrimoine immatériel et qui font prendre davantage conscience de son importance. Le Comité a ainsi terminé son examen des candidatures à la Liste représentative, qui compte désormais un total de 366 éléments inscrits.

Les éléments inscrits cet après-midi (par ordre d’inscription) sont :

Maurice—Le geetgawai, chants populaires en bhojpuri à Maurice - Le geet gawai est une cérémonie traditionnelle précédant le mariage, mêlant des rituels, des prières, des chants, de la musique et des danses, principalement pratiquée par les communautés bhojpuriphones de Maurice. Elle se déroule chez l’un des deux futurs mariés, les membres de la famille et les voisins y participent. Les femmes mariées placent, entre autres, du riz et de l’argent dans un morceau de tissu tandis que d’autres femmes chantent pour honorer les dieux et déesses hindous. Ensuite, tout le monde danse au son de chants réconfortants. Expression de l’identité de la communauté et de la mémoire collective, elle est transmise par les familles, les centres communautaires et les académies.

 

Mexique—La Charrería, tradition équestre au Mexique - La Charrería est une pratique traditionnelle des communautés mexicaines d’éleveurs de bétail qui a commencé au XVI siècle. Elle permettait, à l’origine, aux éleveurs de différents Etats de mieux cohabiter. De nos jours, des associations de Charrería et des écoles contribuent à transmettre la tradition, également considérée comme un sport, en entraînant les membres de la communauté jusqu’à un niveau de compétition. Différentes catégories de charrerías sont exécutées en public par des praticiens hommes et femmes. La pratique est perçue comme un aspect important de l’identité communautaire et un moyen de transmettre des valeurs sociales aux jeunes générations.

 

Nigéria—Le Festival international de la culture et de la pêche d'Argungu - Tous les ans, les communautés se réunissent au nord-ouest du Nigéria pour participer au Festival international de la culture et de la pêche d’Argungu. Ce festival de quatre jours, entre février et mars, présente le kabanci - des compétitions aquatiques, notamment la pêche à mains nues, la course de canoë, la capture de canards sauvages – et d’autres pratiques traditionnelles. Les hommes et les garçons y participent tandis que les femmes interprètent chants et danses. Le festival est perçu comme une contribution au sentiment d’identité et un moyen de maintenir la paix entre les Argungu et les Sokoto voisins. Les connaissances relatives à la tradition sont transmises au sein des chefferies participantes, des familles et par l’apprentissage.

 

Venezuela (République bolivarienne du) —Le carnaval d’El Callao, représentation festive d’une mémoire et d’une identité culturelle - Le carnaval d’El Callao, pratiqué dans des communautés du Venezuela, est associé aux célébrations d’émancipation qui se déroulent dans les îles francophones des Caraïbes. De janvier à mars, la pratique réunit jusqu’à 3 000 personnes qui défilent déguisées en personnages historiques et imaginaires, avec de la musique, de la danse et des concerts dans toute la ville. Le carnaval met en avant l’histoire des Callaoenses, renforce l’identité culturelle, promeut l’unité et encourage les jeunes générations à découvrir leur patrimoine. La transmission se fait principalement au sein des familles et dans les écoles dirigées par les détenteurs.

 

Suisse—Fête des vignerons de Vevey - La Fête des Vignerons, qui célèbre la communauté des vignerons, fait partie du patrimoine vivant de Vevey, en Suisse. D’abord simple parade, elle compte aujourd’hui 15 représentations sur trois semaines et plus de 5 000 figurants. Reposant sur un thème traditionnel, avec des prix pour les meilleurs vignerons ainsi que de la musique, de la nourriture et des processions vers la ville voisine de La-Tour-de-Peilz, la fête est organisée par la Confrérie des vignerons de Vevey avec l’aide de bénévoles. Elle renforce l’esprit communautaire, encourage la vie artistique et stimule le savoir-faire des vignerons.

 

Viet Nam—Les pratiques liées à la croyance việt en les déesses-mères des Trois mondes - Pour répondre à des demandes d’ordre spirituel, à des attentes quotidiennes et pour attirer la chance dans la santé comme au travail, des communautés du Viet Nam vénèrent les déesses-mères des Trois mondes : le monde céleste, le monde de l’eau et le monde des montagnes et des forêts. Parmi ces déesses-mères, on trouve la Mère du monde Liễu Hạnh et d’autres esprits héroïques. La tradition consiste en un culte quotidien, des cérémonies, des rituels et des festivals. Transmises par des détenteurs tels que les prêtres des temples, les pratiques constituent la base des relations sociales entre membres de la communauté et entretiennent un aspect de son patrimoine culturel.

 

Roumanie; République de Moldova—L’artisanat traditionnel du tapis mural en Roumanie et en République de Moldova - Les tapis muraux fabriqués par les communautés de tisserands de Roumanie et de République de Moldova étaient traditionnellement utilisés pour la décoration, les funérailles, les expositions et faisaient aussi partie de la dot des jeunes filles. De nos jours, on les apprécie principalement en tant qu’œuvres d’art. Les techniques ont évolué, passant de l’utilisation de métiers verticaux ou horizontaux dans certaines régions à un piquage serré et à d’autres formes de tissage, les tisserands pouvant désormais travailler à domicile. Considéré comme une expression de la créativité et de l’identité et un outil de cohésion sociale, l’artisanat est transmis par les familles et dans les centres artisanaux et collèges.

 

Slovaquie; Tchéquie—Le théâtre de marionnettes en Slovaquie et en Tchéquie - Pour les communautés de Slovaquie et de République tchèque, le théâtre de marionnettes est une forme de divertissement traditionnel populaire, mais également une manière de traduire une vision du monde et d’enseigner les valeurs morales. Faisant partie intégrante du théâtre local et de la tradition littéraire, il contribue à la socialisation, à la créativité et à l’identité des participants. Utilisant des marionnettes essentiellement confectionnées en bois et animées à l’aide de différentes méthodes, la pratique culturelle traditionnelle est transmise par les communautés d’interprètes, les dynasties de marionnettistes, des organisations à but non lucratif et des écoles de musique et d’art.

 

Slovénie—La représentation de la Passion à Škofja Loka - À Škofja Loka, en Slovénie, un spectacle traditionnel prenant la forme d’une procession est interprété, dans le centre médiéval de la ville, au moment du carême et de Pâques. La représentation de la Passion à Škofja Loka, qui s’inspire des textes d’un ancien moine capucin, présente 20 scènes du chemin de croix et d’autres tableaux de l’Ancien et du Nouveau Testaments. 900 acteurs locaux et 400 autres bénévoles y participent. Jouée tous les six ans, on considère qu’elle contribue à l’identification et la cohésion de la communauté. Elle est transmise au sein des familles, dans les écoles et par les artisans locaux.

 

Tadjikistan—L'Oshi Palav, plat traditionnel et ses contextes sociaux et culturels au Tadjikistan   - L’Oshi Palav (pilaf) est un plat traditionnel des communautés du Tadjikistan qui le considèrent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Le « roi des plats » est une recette à base de riz, de viande et d’épices, mais il existe jusqu’à 200 versions. Considéré comme une pratique inclusive qui réunit des personnes de différentes origines, il est préparé afin d’être apprécié lors des repas quotidiens ainsi qu’à l’occasion de rassemblements, de célébrations et de rituels. Les savoir-faire associés à la pratique sont transmis au sein des familles et dans les écoles de cuisine.

 

Turquie—L'artisanat traditionnel du çini - Faits en Turquie, les çinis sont des carreaux traditionnels de faïence et de céramique décorés de motifs colorés, on les retrouve sur les façades de bâtiments et dans les maisons. Les motifs, représentant des coutumes et croyances locales, sont percés sur du papier, appliqués sur la surface avec les contours tracés à la main puis la poterie est teinte, émaillée et cuite. Pratiqué de façon formelle et informelle dans des ateliers traditionnels, des centres d’enseignement, des universités et à la maison, l’art du çini est considéré comme un moyen de s’exprimer, de s’épanouir et de se sentir mieux et un aspect symbolique de l’identité culturelle de la Turquie.

 

Ouzbékistan—La tradition et la culture du palov - Selon un dicton ouzbek, les invités ne peuvent prendre congé de leurs hôtes que lorsque ces derniers leur ont offert le palov. Préparé à base de riz, de viande, d’épices et de légumes, le plat traditionnel est apprécié lors des repas quotidiens, pour célébrer des occasions particulières, aider les personnes défavorisées et honorer les proches défunts. Transmise de maître à apprenti, au sein des familles, entre pairs et dans des institutions communautaires, la pratique, qui contribue à renforcer les liens sociaux et à promouvoir la solidarité, fait partie de l’identité culturelle de la communauté.

 

****

Contact : Lucía Iglesias Kuntz l.iglesias@unesco.org. Tél : + 251 961259974 ; +33 (0) 6 80 24 07 29

Suivez la réunion sur twitter : @unesco_fr, #patrimoineimmatériel