“Les eaux souterraines : notre trésor caché” met en lumière l’état actuel des ressources en eaux souterraines et les défis émergents

Des actions urgentes sont nécessaires pour assurer la préservation et l’usage durable des ressources en eau douce contenue dans le sous-sol. La planification de l’usage et de la gestion durable de ces précieuses ressources requiert des investissements dans la science, le renforcement des capacités et, avant tout, une prise de conscience des enjeux. A l’initiative de la Délégation permanente du Royaume des Pays-Bas auprès de l’UNESCO, Centre international d'évaluation des ressources en eaux souterraines (IGRAC) intitulée “Les eaux souterraines : notre trésor caché”, a eu lieu le 13 octobre au siège de l’UNESCO à Paris, à l’occasion du Conseil Exécutif.

Les eaux souterraines sont une composante essentielle du cycle de l’eau et constituent 98% de l’eau douce non gelée de notre planète. Beaucoup de gens dépendent des eaux souterraines pour leur approvisionnement en eau potable, pour assurer leur sécurité alimentaire et leur bien-être. De plus les eaux souterraines soutiennent de nombreux services et fonctions écosystémiques. Cependant les données sur la disponibilité et l’usage de cette ressource font encore largement défaut, en dépit de son rôle vital dans l’atténuation et l’adaptation aux impacts du changement climatique.

Afin de relever palier a ce manque d’informations, l’IGRAC a rejoint la « famille de l’eau » de l’UNESCO pour mettre en place des systèmes d’information facilitant l’accès libre aux connaissances existantes sur les ressources en eaux souterraines, pour soutenir le renforcement des capacités dans la gestion de ces ressources, pour sensibiliser différents publics à la mesure des enjeux et enfin pour fournir de l’aide aux États membres de l’UNESCO.

A l’occasion de la session du 13 octobre, M. Marc Leblanc de l’université d’Avignon a dressé l’état des lieux des ressources en eau souterraine planétaires et des défis associés à leur gestion. Sur cette base, M. Neno Kukuric, directeur de l’IGRAC, a souligné la pertinence des activités mises en œuvre par ce Centre en lien avec le Programme hydrologique international de l’UNESCO (UNESCO-PHI).

S.E. Lionel Strenghart Veer, Ambassadeur et Délégué Permanent du Royaume des Pays-Bas auprès de l’UNESCO, a ensuite réitéré l’importance de l’engagement des Etats Membres pour travailler vers une meilleure connaissance et gouvernance des eaux souterraines. Après avoir rappelé les activités du Programme sur cette thématique, Mme Blanca Jiménez-Cisneros, Secrétaire de l’UNESCO-PHI, a souligné l’appui du Royaume des Pays-Bas au Centre IGRAC, entre autres activités.

Plus dinformations :