Éducation 2030 : « nous allons réussir » affirment dirigeants et pays champions réunis à l'ONU

L’initiative mondiale du Secrétaire général des Nations Unies, l’Education avant tout (GEFI), a réuni les dirigeants du monde entier et des militants du droit à l'éducation le 26 Septembre 2015 pour un événement de haut niveau dans le cadre du Sommet des Nations Unies, marquant l'inclusion de l'éducation comme l’un des objectifs de développement durable dans le nouvel agenda mondial des Nations Unies pour 2030.

Représentant le Secrétaire général, Mme Ban Soon-taek a dénoncé «l'injustice terrible de 59 millions d'enfants exclus de l'école», affirmant que l'éducation est une condition de réussite de l’ensemble des objectifs de développement. « Si ces enfants apprennent maintenant ils aideront notre monde plus tard. »

La Directrice générale de l’UNESCO, également Secrétaire exécutif du Comité directeur GEFI, Irina Bokova, a félicité les Pays Champion GEFI pour leurs efforts à catalyser le soutien politique et financier à l'éducation. C’est grâce à l’ensemble des partenaires GEFI, que les trois priorités de cette initiative font partie intégrante de l'objectif de développement durable (SDG) 4 : mettre tous les enfants à l'école, améliorer la qualité de l'éducation et promouvoir la citoyenneté mondiale.

« Cette Initiative a contribué à façonner une nouvelle vision de l'éducation; comme un droit humain fondamental à la dignité et à l'autonomisation, et comme force de transformation pour l'inclusion, l'égalité des sexes, et l’élimination de la pauvreté », a déclaré Irina Bokova. « L'Initiative a élargi la vision de l’éducation, au-delà des seules questions d’accès, pour aborder la formation continue, les compétences, le contenu des apprentissages, l'éducation pour le développement durable, et à l'éducation à la citoyenneté mondiale. » Elle a appelé à mobiliser davantage de pays champions, à plus de leadership et à l'augmentation des financements.

La présidente de la République de Corée Mme Park Geun-hye a souligné l'importance du Forum mondial sur l'éducation tenu à Incheon en mai 2015 et a promis que son pays allait construire sur cet élan, par le soutien aux environnements éducatifs basés sur les TIC dans les pays en développement, par la lutte contre l’inégalité des sexes, et de prendre une part active dans les efforts visant à promouvoir la citoyenneté mondiale.

Rappelant que son propre père, professeur, donnait des cours du soir dans un petit village pour enseigner aux femmes analphabètes, la Première Dame de la Chine et Envoyée spécial de l'UNESCO Mme Peng Liyuan a affirmé que son rêve chinois est d'assurer que toutes les filles aient accès à une éducation de qualité, en soulignant que tout le monde peut contribuer à changer le monde. L'éducation est cruciale pour la lutte contre les inégalités et pour donner aux jeunes les connaissances et les compétences nécessaires pour devenir des citoyens responsables, dit-elle.

Le Prix Nobel de la paix Malala Yousafzai a affirmé que «l'éducation est un droit humain fondamental, l'éducation représente la paix et l'espoir », mettant l'accent sur la nécessité de fournir à chacun 12 années d'études et de tendre la main aux plus démunis.

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation M. Gordon Brown a exprimé avec passion sa volonté de permettre à chaque enfant d’accéder à l'école, y compris en mobilisant des ressources et la volonté politique à travers la Commission internationale pour le financement du Global Education Opportunity, récemment lancée par le gouvernement de la Norvège, co-organisée par l'UNESCO, et qu'il préside.

Le rôle de l'éducation dans la lutte contre l'extrémisme violent, la promotion de la tolérance et de la compréhension a été rappelé par le président Kolinda Grabar-Kitarović de la Croatie, qui a attiré l'attention sur la nouvelle stratégie de l'éducation de son pays récemment lancée. Les Ministres des affaires étrangères de l'Australie, de l'Ethiopie, de la Norvège et de la Tunisie ont souligné plusieurs initiatives en faveur de l’éducation: l'Australie a lancé une nouvelle stratégie d'aide à l'éducation qui donne la priorité aux groupes marginalisés, aux filles et aux personnes handicapées; l’Ethiopie alloue 25% de son budget à l'éducation, tandis que la Norvège a doublé son aide à l'éducation. L’ONU Femmes a affirmé que l'éducation et l'égalité des genres doivent aller de pair pour réaliser le programme des SDGs. Alice Albright, chef de la direction du Partenariat mondial pour l'éducation, a appelé la communauté mondiale à soutenir le financement de l'éducation, affirmant qu’il suffit de 14 cents par jour et par enfant pour combler le déficit de financement.

Représentant la plus grande fédération de syndicats d'enseignants, la Présidente d’Education internationale, Susan Hopgood a appelé à renforcer la coopération pour la mise en œuvre du programme 2030, tandis que Camilla Croso, président de la Campagne mondiale pour l'éducation, a alerté sur le risque de marchandisation de l'éducation, soulignant la nécessité de mettre les marginalisés au centre de la scène, et de protéger les actions de la société civile dans la défense du droit à l'éducation.

« Les jeunes militants et délégués du monde entier ont lancé un appel à l'action aux dirigeants mondiaux et à la communauté internationale pour des progrès tangibles sur les promesses faites en faveur de l'éducation 2030. »

Dans un appel lancé en clôture de l’événement, le Nobel de la Paix Kailash Satyarthi a déclaré que « nous sommes comptables de chaque enfant qui n’est pas à l'école, et chaque minute compte. Accomplir tous les objectifs du développement durable commence maintenant et cela passe par  l’éducation équitable et de qualité inclusive pour tous les enfants. Nous allons y arriver. »