L’éducation relie la paix et le développement de façon durable, a dit la Directrice générale à l’ouverture de la Semaine de l’UNESCO

unescoweeked_688px.jpg

© Canadian Commission for UNESCO
08 Mars 2017

La Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a officiellement ouvert la « Semaine de l’UNESCO pour la paix et le développement durable : le rôle de l’éducation » à Ottawa (Canada) le 8 mars, en présence de Catherine McKenna, Ministre de l’environnement et du changement climatique du Gouvernement du Canada, et de Mitzie Hunter, Ministre de l’éducation du Gouvernement de l’Ontario.

L’événement de cinq jours réunit plus de 400 experts, professionnels et décideurs du monde entier afin d’examiner les approches pédagogiques et les pratiques d’enseignement pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) par le biais de l’éducation en vue du développement durable (EDD) et de l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM). Des enseignants du Réseau du système des écoles associées de l’UNESCO (réSEAU) y participent également, ainsi que 50 jeunes délégués originaires des quatre coins du monde.

« Nous avons besoin de nouvelles formes d'éducation qui favorisent la compréhension entre les cultures, qui renforcent la résilience des sociétés et qui fournissent les compétences nécessaires pour l’avenir », a dit Mme Bokova, soulignant la nécessité de promouvoir les droits de l'homme, la dignité, la diversité et l'inclusion. « Nous devons maintenant intensifier les efforts, intégrer les résultats dans les pratiques éducatives, la formation des enseignants et les transformations concrètes des programmes. Pour réussir, nous avons besoin d’enseignants dotés des aptitudes et de la confiance indispensables pour favoriser ces compétences. Nous devons partager, analyser et innover – tel est l'objectif de cette Semaine ».

La Semaine réunit le Forum d’examen du Programme d’action global sur l’EDD et le troisième Forum de l’UNESCO sur l’ECM. L’EDD et l’ECM représentent les deux principales approches de l’Organisation en matière d’éducation, qui visent à offrir à chacun la possibilité d’acquérir les connaissances, les compétences, les attitudes et les valeurs nécessaires pour construire un avenir juste, pacifique et durable.

Lors de l’ouverture, tous les intervenants ont reconnu le rôle majeur des femmes et des connaissances autochtones dans la réalisation d’un avenir durable. « Je connais le pouvoir transformateur de l’éducation et ce qu’il fait pour mon peuple », a dit Maliseet Elder Mac Saulis, qui a accueilli les participants sur le territoire traditionnel.

La ministre McKenna a affirmé qu’« aucun changement ne sera plus monumental que celui du changement climatique. Ce défi ne sera pas facile à relever, mais il ne doit pas être transmis aux générations futures ».

L’ambassadrice Dessima Williams, Conseillère spéciale pour la mise en œuvre des ODD, a également prononcé un discours lors de l’ouverture au nom du Président de la 71e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. « Il ne peut y avoir de paix durable sans développement durable », a-t-elle dit. « Le travail de l’UNESCO et de ses partenaires est à la fois louable et encourageant. Seuls, nous ne pouvons entreprendre de transformer le monde, mais ensemble, nous pouvons faire beaucoup ».

Mettant l’accent sur ceux qui sont en première ligne dans la classe, Fred van Leeuwen, le Secrétaire général de l’Internationale de l’éducation, a dit : « Les enseignants peuvent créer des liens au sein des groupes et bâtir des ponts entre les groupes et les communautés. Il est évident que les efforts visant à améliorer l’enseignement et l’apprentissage ne porteront leurs fruits que si nous faisons confiance aux enseignants, que nous les valorisons et que nous les soutenons. Cette Conférence apparaît comme un témoignage clair de la volonté de l’UNESCO de soutenir la profession enseignante dans le monde ».

La ministre Hunter, aux côtés de Mme Bokova, a inauguré une exposition de 42 stands présentant une grande variété de pratiques et d’approches de l’EDD et de l’ECM, déclarant que « pour que les élèves atteignent l’excellence, ils doivent évoluer dans un environnement qui leur donne les moyens de le faire ».

L’ouverture a été suivie d’un débat entre générations « Talking Across Generations », un événement organisé par l’Institut Mahatma Gandhi d'éducation pour la paix et le développement durable (MGIEP) de l’UNESCO qui a rassemblé des jeunes du monde entier, des décideurs et des universitaires, y compris plusieurs chaires UNESCO. Des voix très diverses ont partagé leurs points de vue sur la salle de classe du 21e siècle et sur la façon de donner aux enseignants les moyens de promouvoir la paix et la citoyenneté mondiale, d’utiliser les technologies et d’engendrer un changement transformateur. La Directrice générale a souligné l’importance de soutenir les enseignants, par le biais de la formation, du développement professionnel, de salaires décents et du respect de leur statut dans la société.

« World Rescue », un jeu vidéo inspiré des ODD, a été lancé par le MGIEP lors de l’événement. Il permet aux joueurs de se mettre dans la peau de jeunes héros pour aider à résoudre des problèmes mondiaux tels que les déplacements, les maladies, la déforestation et la pollution dans leurs communautés. L’UNESCO a également présenté une nouvelle publication intitulée « L’éducation en vue des Objectifs de développement durable :  objectifs d’apprentissage », qui contient des recommandations d’activités à faire en classe pour traiter chacun des ODD ainsi que des suggestions sur les moyens d’intégrer l’EDD dans les politiques et l’enseignement.

À l’appui de la Semaine, l’équipe du Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) de l’UNESCO a lancé un concours de photographie pour les jeunes sur l’EDD et l’ECM.

La Semaine s’achèvera le 10 mars avec le Forum sur l’ECM qui examinera les bonnes pratiques et politiques pour que les enseignants et les formateurs d’enseignants donnent aux élèves les moyens de devenir des citoyens du monde. Suivez la conversation sur Twitter sous le hashtag #SemaineUNESCOEd.

La Semaine UNESCO est organisée conjointement par l’UNESCO et la Commission canadienne pour l’UNESCO, avec le soutien financier additionnel du Conseil des arts du Canada et du Ministère de l’éducation, de la culture, des sports, des sciences et de la technologie du Japon par l’intermédiaire du Fonds-en-dépôt japonais de l’UNESCO pour l’EDD. La Semaine bénéficie d’un soutien complémentaire fourni par le Conseil des ministres de l’éducation (Canada), le Centre mondial du pluralisme et le Musée canadien de l’histoire.