Un enseignant réfugié syrien change la vie de ses élèves grâce à un projet UNESCO-UE

mahmoud-syrian.jpg

© UNESCO

Mahmoud, un réfugié syrien et volontaire dans le cadre d’un programme d’éducation informelle UNESCO-UE mis en œuvre en partenariat avec War Child UK, explique comment son travail lui a permis d’améliorer sa propre vie ainsi que celle de ses élèves.

Mahmoud, 27 ans, travaille au sein de l’équipe du projet UNESCO-UE dans le camp de Zaatari, au nord de la Jordanie, qui abrite actuellement 80 000 réfugiés syriens ayant fui la guerre civile dans leur pays. On y dénombre près de 30 000 enfants en âge d’aller à l’école, dont la moitié ne sont pas scolarisés.

Le projet UNESCO d’éducation informelle, financé par l’Union européenne et mis en œuvre en partenariat avec War Child UK, vise à donner aux enfants vulnérables de Zaatari un avenir meilleur en leur offrant une éduction et un soutien psychosocial. Il fournit également aux parents et aux soignants des outils et des stratégies pour améliorer l’éducation de leurs enfants et leur bien-être général. «

Quand je suis arrivé la première fois, je me suis dit que notre séjour serait temporaire, et que nous serions de retour à la maison assez vite. Lorsque cela est apparu peu réaliste…j’ai rassemblé les enfants du quartier et je leur ai donné des cours. J’avais besoin d’aider les enfants, car ils n’allaient recevoir d’éducation nulle part ailleurs. Je voulais enseigner, et plus encore, avoir un impact sur la vie des enfants. Mes amis m’ont dit qu’ils avaient entendu parler d’une organisation travaillant pour les enfants à Zaatari, et qu’elle était axée principalement sur leur bien-être psychosocial et leur éducation. Je leur ai demandé « où est-ce que je m’inscris ? » », explique Mahmoud.

Désormais, il a le sentiment non seulement d’avoir amélioré la vie des enfants, mais aussi la sienne. « Au début, quand j’ai commencé à travailler, j’étais introverti et mal à l’aise, mais ma collaboration avec War Child m’a fait évoluer sur le plan personnel. Avant, j’avais du mal à rencontrer de nouvelles personnes, mais l’atmosphère conviviale et l’esprit de camaraderie du personnel m’ont permis de me sentir chez moi très rapidement. Les séances que nous proposons aux enfants m’ont même aidé à travailler sur mes propres faiblesses, et à identifier mes points forts. Parfois, nous ne sommes pas conscients de nos forces et de nos faiblesses. Nos programmes de soutien psychosocial m’ont aidé à les reconnaître ».

La personnalité de Mahmoud et sa détermination à s’améliorer se retrouvent dans un style d’enseignement qui donne de bons résultats auprès de ses élèves. « Je crois en la « ludo-éducation » : l’éducation qui est amusante. J’aime que les enfants se sentent impliqués et motivés, et j’aime faire rire toute la classe. Cela permet de garder l’attention des élèves et c’est un bon outil pour leur faire mémoriser les informations. J’apprécie les retombées de mes activités avec les élèves sur le plan personnel, en tant que mentor et en tant qu’enseignant, et j’essaie toujours d’être un modèle exemplaire pour eux ».

Le projet UNESCO-UE accorde beaucoup d’importance à l’apprentissage axé sur l’élève, et Mahmoud représente un bon exemple à suivre. Outre ses autres contributions positives au projet, Mahmoud illustre l’engagement de l’UNESCO en faveur de l’apprentissage tout au long de la vie, en disant « je veux que mes élèves réintègrent le système d’éducation formelle, et en ce qui me concerne, je veux poursuivre ma formation et obtenir mon diplôme de master. L’apprentissage ne s’arrête jamais, et cela vaut pour moi ».

Le projet UNESCO-UE d’éducation informelle mis en œuvre en partenariat avec War Child UK prend fin ce mois-ci (janvier 2016). Près de 200 élèves en ont bénéficié.