Depuis l’espace, une astronaute de l’ISS évoque les conclusions du Rapport mondial 2015 sur la mise en valeur des ressources en eau

« Sur Terre, comme sur l’ISS, l’eau est une ressource limitée : utilisons-la à bon escient. Nous sommes tous à bord du vaisseau Terre, » a mis en garde l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti depuis la Station spatiale internationale sur son compte Twitter. Son message fait écho à celui du nouveau Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau, qui était présenté le même jour (20 mars) à New Delhi pour marquer les célébrations de la Journée mondiale de l’eau.

Au vu de la croissance rapide de la demande en eau au niveau mondial, le rapport, intitulé « L’eau dans un monde durable », appelle à améliorer considérablement la gestion des ressources en eau douce de la planète. Il souligne la convergence de deux tendances mondiales : le changement climatique, et la croissance économique des pays les moins développés et des économies émergentes. Il est certain que cette convergence va menacer la sécurité de l’eau des populations pauvres et marginalisées des pays à bas revenus, ainsi qu’exacerber le besoin urgent de définir des approches nouvelles quant à la répartition des ressources en eau pour le développement.

Fruit de la collaboration des 31 membres et 37 partenaires de l’ONU-Eau, le rapport 2015 souligne que l’eau représente bien plus qu’une problématique transversale. Tant que le rôle fondamental de l’eau n’est pas reconnu, que les ressources en eau et les impacts de leurs diverses utilisations ne sont pas correctement évalués, et que les défis majeurs liés à l’eau ne sont pas relevés, d’autres objectifs essentiels du nouvel agenda de développement durable demeureront hors d’atteinte.

Samantha Cristoforetti fait partie des six membres permanents qui vivent et travaillent à bord de la station en orbite, dans le cadre de la 43e expédition de la Station spatiale internationale. Son message sur Twitter emmène les principales conclusions du rapport à 400 kilomètres d’altitude, et nous rappelle que chaque goutte d’eau doit être utilisée à bon escient.
 

Plus d'informations :