Formation des enseignants zambiens à l’utilisation des nouvelles technologies

zambia_4.jpg

© UNESCO

Un groupe de formateurs d’enseignants de Zambie a reçu une formation sur l’utilisation efficace des technologies pour l’apprentissage, lors d’un atelier organisé récemment à l’UNESCO, à Paris.

L’atelier, qui s’est tenu du 3 au 6 novembre, a élargi les compétences techniques et pédagogiques des formateurs d’enseignants qui travailleront avec des enseignants du secondaire dans toute la Zambie. L’approche de « formation des formateurs » permet de garantir la portée et les fonctions vastes de l’atelier en vue d’améliorer l’efficacité de centaines d’enseignants.

Parmi les participants figuraient 15 formateurs qui travailleront avec des enseignants en formation ou en activité qui se préparent à dispenser un nouveau cours d’informatique qui a  récemment été ajouté au programme scolaire national. La formation illustre la volonté actuelle de l’UNESCO d’aider à renforcer les capacités des enseignants dans les pays en développement et de s’assurer que les technologies de l’information et de la communication sont utilisées pour améliorer et enrichir les possibilités d’apprentissage.

Afin d’aider les formateurs à préparer les enseignants pour ce cours d’informatique, l’UNESCO a organisé la formation autour d’exercices pratiques qui encouragent une pédagogie consistant à « travailler avec les technologies » plutôt qu’à « parler des technologies ». Les participants ont créé des sites Web afin de partager les enseignements tirés de l’atelier à leur retour en Zambie. Ils ont également rédigé des exemples de leçons intégrant des applications technologiques telles que des bases de données et des feuilles de calcul. Un groupe en ligne a été créé sur les réseaux sociaux pour permettre aux participants et aux animateurs de rester en contact après la formation. 

La délégation zambienne à Paris était conduite par Mme Celia N.M. Sakala, directrice des normes et des programmes au ministère de l’Éducation, de la Science, de la Formation professionnelle et de l’Éducation préscolaire. Parmi les participants figuraient des responsables du ministère de l’Éducation, des professeurs d’université et des formateurs en centres de ressources de chacune des 10 provinces zambiennes.

La nature concrète des activités a été saluée par les participants zambiens. Anthony Chomba, un formateur de la province de Muchinga, a déclaré que « malgré les différences de compétences et les ressources variables des participants, les séances ont fait participer tout le monde et, à la fin de la journée, personne ne s’était senti exclu ».