Le Forum 2015 SMSI : les dimensions éthiques de la société de l’information en lien avec le développement durable

La réunion de facilitation « Faire le lien – C10 pour le développement durable », organisée hier par l’UNESCO dans le cadre du Forum 2015 SMSI s’est centrée sur l’identification et la sensibilisation, autour de la contribution que la grande orientation C10 : « Les dimensions éthiques de la société de l’information » peut apporter à la réussite des objectifs de développement durable (ODD).

Au cours d’un dialogue constructif et fructueux, panélistes et participants ont échangé leurs expériences et leur savoir, et discuté des actions futures à mener dans le cadre de cette orientation dans la perspective de l’agenda post-2015.

La contribution positive des Technologies de l’information et de la communication (TIC) à la réussite des ODD et la concrétisation des droits de l’homme à travers le monde dépendra de la constitution d’environnements facilitant une participation significative et une pleine représentation de chacun dans la société de l’information ; Dans cette perspective, une attention particulière doit être portée aux besoins des groupes vulnérables, aux femmes et aux filles ainsi qu’aux personnes handicapées.

La diversité des contenus, des utilisateurs et créateurs de TIC informés et compétents sont un prérequis pour pouvoir évoluer vers une gouvernance et un processus de prise de décision réellement participatifs. Selon le Dr Leyla Bartet, présidente du groupe de travail sur l’éthique de l’information du bureau du conseil intergouvernemental du programme Information pour tous : « Se confronter aux dimensions dures et souples des défis que représente un accès équitable à l’information par le biais des TIC peut libérer leur potentiel de véhicule d’une transformation sociale positive ».

La réunion d’hier a porté sur les divers défis liés à ce sujet et sur les recommandations à suivre pour progresser. Elle a réuni des acteurs venant du monde entier et appartenant à un large éventail de secteurs d’activité concernés, en particulier des éducateurs, des responsables politiques, des représentants du monde universitaire, de la société civile et du secteur privé.

Dans son allocution d’ouverture, M. Paul Hector, spécialiste de programme pour l’UNESCO, chargé des opérations courantes du programme Information pour tous a souligné l’importance de la sensibilisation des responsables politiques au contenu éthique ainsi qu’à l’impact volontaire ou involontaire des choix politiques. Une utilisation plus large des approches multilatérale renforcera les effets positifs et créera un environnement favorable à une amélioration de la gestion des risques. » Il a poursuivi en mettant en relief le rôle de l’éducation dans le développement de compétences d’expression, d’analyse critique, d’utilisation des contenus et de production, ainsi que d’interactions harmonieuses.

M. Amouzou Bedi, Président directeur général de l’ONG Knowledge for Development without Borders (KfDWB) a montré qu’« en associant des réseaux TIC mondiaux à du matériel à technologie faible comme un papier et un crayon, nous pouvons surmonter les défis et les obstacles jusqu’au bout. Bien entendu, nous cherchons à créer des conditions favorables à l’utilisation des TIC, mais en travaillant en collaboration étroite avec la société civile et les communautés locales, nous avons les moyens au travers de tels réseaux hybrides de répondre aux besoins locaux urgents. »

Le professeur Roni Aviram de l’université Ben Gourion en Israël a présenté les résultats de la conférence internationale sur « Le bien-être et les medias numériques » organisée sous le patronage de l’UNESCO et du programme Information pour tous, dont le compte rendu intégral sera bientôt publié. Le professeur Aviram a mis en lumière la nécessité de considérer la notion de bien-être, car, « dans le contexte de ces nouveaux médias, cela a contribué à élargir les horizons des débats éthiques et à leur fournir un cadre d’ensemble susceptible d’encourager l’analyse et l’action politique ».

Enfin, M. Payan Duggal, juriste spécialisé dans les questions informatiques, a abordé la question du défi croissant que représente le comportement éthique des utilisateurs des TIC, ainsi que de plus en plus, celui des fournisseurs de technologie. Tout en soulignant les défis auxquels les systèmes juridiques et les systèmes de régulation sont confrontés en matière de questions éthiques il a néanmoins affirmé que : « ne pas affronter les problèmes éthiques que pose la société de l’information va exposer l’ensemble des sociétés à des risques et des pertes qui vont retarder la réussite des objectifs de développement durable ».

Le panel était composé comme suit :

  • Professeur Roni Aviram, Université Ben Gourion du Neguev
  • Ms Leyla Bartet, Délégation permanente du Pérou à l’UNESCO
  • M. Amouzou Bedi, Knowledge for Development without Borders
  • M. Pavan Duggal, Pavan Duggal Associates
  • M. Rachid Jankari, Jankari Consulting

La session était modérée par Paul Hector, spécialiste de programme de l’UNESCO.

Plus d'informations sur le Forum: