Pour l’humanisme et la connaissance : lancement de la Chaire UNESCO Bernard Maris « Economie et Sociétés»

if-t3-chaire-2.jpg

© UNESCO

La Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a inauguré la Chaire UNESCO Bernard Maris « Economie et Sociétés » en hommage à l’économiste français assassiné lors des attentats contre Charlie Hebdo, lors d’une cérémonie aux côtés de la Maire de Paris Madame Anne Hidalgo, le 8 janvier 2016 à l’Hôtel de Ville de Paris.

« Cette Chaire est d’abord le moyen de parler de Bernard Maris autrement que comme victime d’un attentat – et je crois que c’est très important car il n’y a pas de plus bel hommage que celui qui consiste à transmettre son héritage, son œuvre, et à élargir le chemin qu’il a tracé dans la pensée économique contemporaine, » a affirmé la Directrice générale. 

Rappelant le parcours de Bernard Maris, son travail de pédagogie, sa volonté de démystifier l’économie qu’il considérait comme une science sociale, qui se nourrit de toutes les autres sciences humaines, de la sociologie à l’histoire, de la psychologie à la littérature, la Directrice générale a souligné qu’il aura contribué « à ce qui est le plus important dans une société libre : le débat démocratique entre citoyens éclairés. »  Elle a affirmé que cette vision humaniste, qui est au cœur du mandat de l’UNESCO, permettait d’aborder une diversité de problèmes politiques et sociaux, de l’accès à l’eau, à l’environnement, la santé et la pauvreté. 

« L’actualité de l’année 2015 a montré à quel point ce travail de Bernard Maris était précurseur. « Toute l’architecture du nouvel agenda des Nations Unies pour 2030 et l’accord de la COP21 supposent d’intégrer les différents aspects du développement – économiques, sociaux, environnementaux. »C’est la mission centrale de cette chaire que d’intégrer et de relier, par la recherche, l’économie et la société. 

La Maire de Paris Anne Hidalgo a salué le message humaniste de Bernard  Maris, sa volonté de bouleverser, de diffuser, de transmettre au plus grand nombre et de chercher des ouvertures là ou souvent on s’enferme en niant la pensée de l’autre. « Cette chaire incarne l’espoir de la puissance du savoir, de l’intelligence collective, sur l’obscurantisme, » a-t-elle indiqué, soulignant l’importance de la participation citoyenne et du débat démocratique pour comprendre les fractures profondes qui traversent la société et trouver des solutions. Dans cet esprit, elle a fait part du projet de la Mairie de Paris d’organiser une « grande nuit de débats » le 2 avril prochain, initiative à laquelle la Directrice générale a indiqué que l’UNESCO s’associerait volontiers, fidèle à son mandat d’humanisme et de partage de connaissances. 

Le rôle de la culture, des sciences et de la formation pour la stabilité sociale et la paix a également été souligné lors de la cérémonie par Monsieur Kacem Afaya, du  Quartet tunisien Prix Nobel de la paix 2015. 

La Chaire Economie-Sociétés ambitionne de renouveler la formation et la recherche en économie, à travers une vision interdisciplinaire convoquant l’ensemble des sciences humaines et sociales, et propose de créer des liens entre les enjeux économiques et écologiques. Elle aura comme perspective de nourrir le lien entre la recherche académique et les acteurs sociaux et socio-économiques des sociétés contemporaines. La Chaire va œuvrer pour la création d’un réseau mondial qui facilitera les échanges, le travail collaboratif et la diffusion à l’échelle mondiale des travaux et projets de la Chaire. 

L’accord de Chaire a été signé par Monsieur Michel Wieviorka, Président de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme ; Monsieur Lionel Larqué, Délégué général de l’Alliance Sciences Société ; et la Directrice générale de l’UNESCO. 

La Chaire UNESCO Bernard Maris « Economie et Sociétés » sera établie pour 4 ans au sein de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.