Il est là, le 1er Centre virtuel Avicenne UNESCO d’Afrique centrale

08 Décembre 2016

Le Ministre gabonais en charge de l’Economie numérique a coupé, le 6 décembre 2016, le ruban symbolique marquant l’ouverture officielle du centre E-learning Avicenne UNESCO de Libreville. Il était accompagné du Ministre délégué à l’Education nationale, du Représentant de l’UNESCO au Gabon, du Directeur général d’Airtel Gabon, du Chef de projet Train My Generation et du Directeur général de l’Institut national de la poste et des technologies de l'information et de la communication (INPTIC), devant un grand nombre de chefs d’entreprises locales, d’enseignants, de dirigeants d’administration publiques, d’élèves et d’hommes de médias.


© UNESCO

Le centre e-learning de Libreville s’inscrit dans le cadre de la composante 2 du projet Train My Generation ou en français Former Ma Génération – Gabon 5000, fruit du partenariat entre l’UNESCO et la société de téléphonie mobile AIRTEL Gabon SA. A travers ce centre, l’UNESCO déploie pour la première fois en Afrique centrale le concept labellisé de Campus virtuel Avicenne, tel qu’adopté par les gouvernements dans le cadre du Plan d’action régional pour l’économie de la connaissance et par les ministres en charge des technologies de l’information et de la communication des pays africains en mai 2008. Cette approche novatrice intègre également le Plan d’action consolidé pour la science et la technologie en Afrique 2008-2013 de l’UNESCO et de l’Union africaine. Il utilise les technologies de l'information et de la communication pour aider les élèves à apprendre et à partager leurs compétences, ressources et résultats de recherche.

Le campus virtuel de Libreville comprend une salle de cours multimédias d’une capacité de 20 apprenants par session, d’un studio de réalisation des cours, d’une salle de montage, traitement et mise en ligne des cours et des bureaux du personnel technique et administratif issus de l’INPTIC. Dans le cadre des missions qui lui sont dévolues, le Centre de Ressources se doit de : i) former des enseignants (au moins 120) sur l’ingénierie pédagogique de production de cours en ligne de qualité à travers les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education (TICE); ii) mettre à la disposition des élèves des classes d’examen (3ème et Terminale) des cours de soutien numériques pour mieux les préparer aux examens (environ 100 modules ); iii) assurer la formation des jeunes dans les TICs et l’Entreprenariat à travers le réseau virtuel ; iv) superviser les 11 centres de formation implantés dans les 9 provinces du Gabon ; v) gérer le processus des 3 niveaux (Niveau I, II et III) de formation de la Composante I dédiée à l’initiation à l’outil informatique, a indiqué Monsieur Claude AHAVI, Directeur général de l’INPTIC.

A l’instar de certains pays africains, le Gabon réalise souvent de faibles résultats dans les matières scientifiques lors des examens de l’enseignement secondaire. D’où son déficit de diplômés en sciences. Grâce au numérique et à la mise à disposition de cours en ligne, l’UNESCO souhaite contribuer l’UNESCO souhaite contribuer à l’amélioration du taux de réussite des jeunes scolarisés en classes d’examen de Brevet d’Etudes de premier cycle (BEPC) et de Terminale, dû essentiellement à des carences dans les matières scientifiques. Il s’agit des mathématiques, de science physiques, de biologie, de chimie, en d’autres termes des Sciences de la Vie et de la Terre (SVT).

Ce centre va donc permettre (à l’UNESCO) de faire bénéficier le Gabon du toute l’expérience acquise par le Modèle Avicenne, pour la formation des enseignants sur l’ingénierie pédagogique de production de cours scientifiques en ligne afin d’assurer un soutien efficace des élèves en classe d’examen (Terminale et 3ème), avec le concours du personnel formé pour cela à l’INPTIC et des encadreurs pédagogiques de l’Institut pédagogique national (IPN), a expliqué Monsieur Vincenzo Fazzino, Représentant de l’UNESCO au Gabon.

Monsieur Alain KAHASHA NTUMWA, Directeur Général d’AIRTEL Gabon, s’est réjoui de ce partenariat avec l’UNESCO, le ministère de l’Education nationale et le ministère de l’Economie numérique. Ainsi, a-t-il déclaré : « C’est parce nous sommes dans un monde en perpétuel mouvement où internet et les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne, qu’il nous (leur) est apparu essentiel d’apporter notre modeste contribution à la formation et l’épanouissement de la jeunesse gabonaise ».

En effet, il est important que la jeunesse gabonaise s’approprie ces technologies afin de devenir des acteurs clés du développement multisectoriel qui dessine déjà la nouvelle économie mondiale.

Ainsi, dans le cadre du volet « Gabon numérique », composante sectorielle du Plan Gabon Emergent, le département dont j’ai la charge, a entrepris de doter le Gabon d’une infrastructure numérique de rang mondial sur l’ensemble du territoire, permettant le développement d’une large gamme d’e-services. L’accès (en ligne) aux contenus des enseignements (…) grâce à la mise en service de ce centre, constitue un atout majeur, indispensable pour l’accroissement des performances des apprenants, a rappelé Monsieur Alain Claude Bilie Bi Nze, Ministre de l’Economie numérique, de la communication, de la culture et des arts, Porte-parole du Gouvernement, dans son discours d’ouverture.


© UNESCO

Après la cérémonie protocolaire, Monsieur Fazzino a remis une médaille Avicenne au Ministre de l’Economie numérique. Puis, les convives ont bénéficié d’une présentation magistrale de ce premier centre de ressources en Afrique centrale, animée par son directeur.