L’imagerie par satellite qui aide à surveiller les sites du patrimoine culturel menacés

nimrid_iraq_image.jpg

Источник: Airbus D&S, снимок со спутника «Плеяды» © 2016 г. ЮНИТАР-ЮНОСАТ
30 Juin 2016

Le patrimoine culturel à travers le monde souffre d'attaques intentionnelles, de dommages collatéraux, de pillages ainsi que des conséquences des catastrophes naturelles. Atteindre les sites et les zones touchés rapidement pour mesurer la situation, planifier la restauration et empêcher d’avantage de perte se révèle souvent très difficile.

Grâce à un partenariat entre l'UNESCO et l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), des images satellite développées par le programme UNOSAT de l'UNITAR en 2015 ont contribué au travail de l'UNESCO et des experts du patrimoine pour évaluer et protéger les sites en Irak, en Syrie, au Yémen et au Népal. Un nouveau rapport de synthèse UNESCO-UNITAR montre comment l'analyse d’images satellitaires est un outil de plus en plus important pour évaluer les potentiels dommages causés aux sites du patrimoine culturel.

D’après Francesco Bandarin, Sous-Directeur général adjoint pour la Culture, "La surveillance du patrimoine culturel dans les zones touchées par les conflits ou les catastrophes naturelles, notamment grâce à l’utilisation de l'imagerie par satellite, est une étape cruciale pour commencer à planifier la reconstruction.

A titre d’exemple, un scénario "avant et après" élaboré dans le rapport examine le site archéologique de Nimrud, en Irak. En comparant  l’image satellite de l'UNOSAT du 18 avril 2015 à celle du 7 mars 2015, l’ampleur et la localisation des dégâts et des destructions infligées par ISIS / Daesh sur le palais du roi Assurnazirpal II (883-859 av. J.-C.) deviennent claires. Au Népal, après le tremblement de terre du 25 avril 2015, l’imagerie satellitaire a aidé à cartographier quels temples et monuments historiques de Katmandou ont été endommagés et dans quelle mesure, ainsi que ceux encore intacts. Cela a permis aux experts de mieux évaluer les besoins nécessaires et de planifier  les mesures de réparation.

« Ce sont de bons exemples de la façon dont les applications innovantes de l'imagerie par satellite, ainsi que d'autres technologies géo spatiales, font une différence dans la façon dont l'Organisation des Nations Unies soutient ses Etats membres», explique Einar Bjorgo, Directeur de UNOSAT.

Télécharger le rapport  (Uniquement en anglais)

Voir aussi: http://www.unitar.org/unosat/fr/CHS-2015