Irina Bokova lance l’Année internationale de la lumière en Algérie

Le 11 avril, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a participé à la cérémonie nationale de lancement de l'Année internationale de la Lumière 2015 en Algérie. L'événement a eu lieu au Palais de la Culture à Alger en présence du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de la ministre de la Culture.

« La science détient de nombreuses réponses à nos défis actuels, » a déclaré la Directrice générale. « Et l’année internationale de la lumière a été justement conçue pour souligner le rôle des sciences de la lumière pour la vie des citoyens du monde. » « Cette année internationale de la lumière doit être une occasion de rapprocher les pays et les peuples, » a-t-elle ajouté, soulignant aussi bien le potentiel des sciences comme moteur  d’innovation, d’emplois et de dynamisme industriel , mais également de dialogue et de tolérance : elle a ainsi souligné l'importance des réalisations scientifiques et intellectuelles de la civilisation islamique du VIII-XVème siècle, rappelant que nous devons "tenter d’opposer les lumières de la science aux ténèbres de l’ignorance."

L'Année internationale de la lumière est une initiative globale qui vise à sensibiliser les citoyens du monde entier sur l'importance, dans leur vie quotidienne, de la lumière et des technologies qui y sont associées tels que l'optique. La Lumière et ses technologies participent pleinement au développement de la société. C'est une occasion unique d'inspirer, d'éduquer et de connecter à l'échelle mondiale.

Le même jour, la Directrice générale a rencontré le Premier ministre de l’Algérie. SE M Sellal, a chaleureusement remercié Mme Bokova d'être venue à Alger et de visiter Constantine, désignée capitale de la culture arabe en 2015. Il a salué le travail de l'UNESCO dans la protection de la culture et de l'éducation et s'est engagé à poursuivre l'engagement de l'Algérie envers l’UNESCO.

La Directrice générale a aussi rencontré le Ministre des affaires étrangères algérien, qui a souligné "L'UNESCO est du bon côté de l'histoire de l'humanité lorsqu'elle répond par la culture et la lumière à l'obscurantisme. Le mandat de l'UNESCO est plus pertinent que jamais, » a-t-il souligné, en particulier dans le combat de toutes les formes de fanatisme et d'extrémisme.