Irina Bokova rend hommage aux victimes de l’Holocauste au Mémorial de la Shoah

Mardi 27 janvier 2014 – La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, participait à la cérémonie en hommage aux victimes de l’Holocauste présidée par M. François Hollande, président de la République française, en présence de l’ensemble du gouvernement français, d’Eric de Rothschild, Président du Mémorial de la Shoah et de plus d’une centaine de survivants des camps nazis. La cérémonie était organisée dans le cadre de la journée dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

La Directrice générale s’est entretenue avec plusieurs membres du gouvernement et le Président du Mémorial de la Shoah sur les actions à mettre en œuvre pour mieux transmettre l’éducation de l’Holocauste. Irina Bokova a notamment rappelé le rôle de l’UNESCO dans ce domaine, et son programme unique au sein des Nations Unies, pour la formation des professeurs, la rédaction de manuels et de lignes directrices pour la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’Islamophobie. 

Dans son discours, le Président de la République française a rappelé le devoir d’histoire et de mémoire et la nécessité de lutter, par la connaissance, par l’éducation, par les médias, contre le retour de la barbarie. Devant la montée de l’antisémitisme en France et dans le monde, le Président français a souligné plusieurs axes de réponse : la sécurité en tout premier lieu, le devoir de transmission et d’éducation ensuite, et enfin la formation à l’usage des médias et la lutte contre la radicalisation sur Internet.

« La leçon des justes est qu'il existe toujours une autre voie, qu’il est toujours possible de refuser de crier avec la meute, et que l’individu seul n'est pas sans pouvoir n'est pas sans devoir. » a-t-il ajouté. 

Dans le livre d’Or du Mémorial, la Directrice générale a rappelé les liens indéfectibles entre l’UNESCO et la mémoire de l’Holocauste : « L'UNESCO est née en réaction devant l'horreur des crimes nazis, et 70 ans après la libération d'Auschwitz-Birkenau, la transmission de l'histoire de l'Holocauste est vitale pour faire reculer la haine et défendre les droits humains. En ce jour, avec le Mémorial de la Shoah, nous réaffirmons notre engagement à lutter, par l'éducation, pour la dignité humaine contre la barbarie. » 

L’UNESCO organise dans le cadre de la Journée dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste une série d’événements, tables rondes et expositions, durant plus d’une semaine, avec la diffusion en avant-première du documentaire de William Karel consacré à la destruction des juifs d’Europe, « jusqu’au dernier », et un concert de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem. Les activités de commémoration s’appuient sur le vaste programme mené par l’UNESCO depuis plusieurs années pour diffuser l’enseignement à l’histoire de l’Holocauste dans le monde, qui est aussi un moyen de lutter contre la résurgence de l’antisémitisme. en 2015, l’UNESCO lancera notamment en partenariat avec la Commission Européenne, une nouvelle étude sur l’enseignement de l’Holocauste dans les pays de l’Union, et une série de conférences internationales en Asie et en Afrique sur la prévention des génocides, avec le Projet Aladin.