Les jeunes et les professionnels des médias se rencontrent pour une meilleure programmation télévisuelle jeunesse en Algérie

L’atelier « Youth on Screen » tenu à Alger les 3 et 4 avril 2016 a réuni des représentants d’organisations de jeunesse membres de NET-MED Youth, des responsables de programmation nationaux et des experts des médias internationaux. Ces différents acteurs ont réfléchi aux possibilités de travail commun entre médias et organisations de jeunesse afin de renforcer l’influence des jeunes dans les medias.

Les participants ont examiné les moyens d’intéresser les médias aux jeunes, de les impliquer dans l’élaboration des programmes et de renforcer les liens entre médias et société civile. Le format de certaines émissions pourrait par exemple être modifié pour servir de plateformes sur lesquelles les jeunes pourraient exprimer leurs opinions et participer à la vie publique.

Après une cérémonie d’ouverture marquée entre autres par les interventions de M. Marco Sioli, Représentant de la Délégation de l’UE en Algérie et Hakim Amara, Directeur de coopération internationale à la télévision Algérienne,  la parole est donnée à Aida Al Kaisy. Conseillère spéciale de la BBC Media Action sur les réformes des médias, elle a présenté des études de cas qui montrent comment la télédiffusion du service publique peut influencer les attitudes, inspirer l’innovation et améliorer les compétences. Graeme Moreland et Zoe Hodgkinson, deux experts de la BBC, ont à leur tour présenté des modèles relatifs à l’étude d'audience, aux plateformes créatives et à l'engagement de la société civile. Ces modèles permettent aux télédiffuseurs du service public d’être constamment au courant des attentes et des aspirations des jeunes.

"Cet atelier est une occasion pour nous, les jeunes, d'échanger directement avec les chargés de programmation dans les chaines de la télévision nationale. Il nous a permis de les éclairer sur les attentes des jeunes et de débuter un travail de collaboration qui vise la création de programmes plus adaptés aux attentes des jeunes" a déclaré Meriem Chikirou, membre de l'organisation SIDRA.

Christophe Nick a présenté quant à lui l’initiative « Génération Quoi », initiée en France, et développée aujourd'hui partout en Europe. Cette plateforme web permet de capter l’opinion des jeunes sur un large éventail de questions et de fournir une comparaison unique de leurs attitudes et préoccupations. La possibilité d’une « Génération Quoi » MENA a été discutée lors de l’atelier.

L’émission de radio « Up to Business » dédiée essentiellement à l’employabilité et à l’entreprenariat des jeunes en Tunisie pour les pousser à mieux s’affirmer dans le marché de l’emploi a été présentée par le jeune Fares Khiari, membre du réseau NET-MED Youth en Tunisie. Elle a suscité beaucoup d’intérêt et d’échange chez les jeunes participants.

Un autre moment fort de l’atelier était le forum créatif, pendant lequel des représentants d’organisations de jeunesse présentaient des idées innovantes de programme de télévision à des directeurs de programmation de la télévision nationale et à des experts internationaux. Après chaque présentation, les membres du panel commentaient et discutaient avec les jeunes le concept du programme, soulignant les points forts et les faiblesses de chaque idée.

L'atelier nous a permis d'être en contact direct avec les jeunes et de mieux comprendre leurs attentes en terme de programmes. Nous allons prendre en considération les points sur lesquels les jeunes ont insisté", raconte Madame Nabila Khouidmi, chargée de la promotion des programmes à la télévision Algérienne.

Au-delà des riches échanges et des enseignements tirés,  la rencontre a permis d’identifier des pistes de travail commun entre les médias et la société civile pour renforcer la présence des jeunes dans les médias.

«Youth on Screen » est un fruit de la collaboration des deux projets financés par l'Union européenne, NET-MED Jeunesse et MedMedia, qui sont mis en œuvre, respectivement, par l'UNESCO et par un consortium dirigé par BBC Media Action. L'Agence suédoise de coopération internationale et l'Union Européenne de Radio-Télévision ont également contribué au lancement de l'initiative.