Journée internationale de l’alphabétisation 2014 : Alphabétisation et développement durable

La Journée internationale de l’alphabétisation 2014, célébrée le 8 septembre, aura cette année pour thème : Alphabétisation et développement durable. La Journée « est une occasion de rappeler cette simple vérité : l’alphabétisation change la vie et même davantage, elle en sauve », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, dans le message délivré à l’occasion de la Journée.

La Journée s’ouvrira par la cérémonie de remise des cinq Prix UNESCO d’alphabétisation qui aura lieu à Dacca, en présence du Premier ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, et de la Directrice générale de l’UNESCO. Elle se poursuivra par une Conférence internationale intitulée L’alphabétisation des filles et des femmes : Fondations pour un développement durable, organisée par le gouvernement du Bangladesh et l’UNESCO. Cette conférence, qui sera ouverte par le Premier ministre du Bangladesh et la Directrice générale, s’inscrit dans le cadre de l’Initiative mondiale du Secrétaire général des Nations Unies pour l’éducation avant tout. Elle bénéficiera de la présence de hauts-représentants des « Pays champions »* de cette initiative.

Les représentants de plusieurs organisations des Nations Unies prendront également part à cette conférence aux côtés de représentants des donateurs, notamment des institutions financières internationales, des organisations internationales non-gouvernementales et du secteur privé.

Ils mettront l’accent sur l’importance de l’alphabétisation des filles et des femmes et de l’éducation au développement durable, apportant ainsi leur contribution aux nouveaux objectifs internationaux du développement qui prendront effet en 2015. Près de deux-tiers des 781 millions d’adultes illettrés dans le monde sont des femmes. Cette proportion n’a pas diminué depuis 1990.

Au cours des différentes sessions, les participants montreront que l’éducation et l’alphabétisation des filles et des femmes sont des conditions de l’éducation tout au long de la vie et du développement durable, en s’appuyant sur les expériences mises en place au Bangladesh et dans le monde ainsi que sur les résultats du Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous (EPT) 2013/14. Le rapport met ainsi en évidence que si toutes les femmes bénéficiaient d’une éducation primaire, la mortalité infantile pourrait diminuer d’un sixième et la mortalité maternelle de deux-tiers. Les mariages précoces pourraient baisser de 14% si toutes les filles d’Afrique subsaharienne, d’Asie du Sud et de l’Ouest recevaient une éducation primaire et de 64% si elles recevaient une éducation secondaire.

            Une éducation de faible qualité se traduit par un illettrisme plus répandu qu’on ne le pensait jusque-là : un jeune sur quatre –soient 175 millions d’adolescents- est incapable de lire une phrase entière. A partir des données actuelles, le Rapport mondial sur l’EPT prévoit qu’il faudra attendre 2072 pour que les jeunes femmes les plus pauvres des pays en développement puissent apprendre à lire.

            Mais même dans les pays à hauts revenus, les systèmes éducatifs laissent de côté certaines populations. En Nouvelle-Zélande, pratiquement tous les élèves issus de milieu favorisé atteignent le niveau d’apprentissage minimal en 4e et 8e année de scolarité, contre seulement deux-tiers pour les élèves issus de milieu défavorisé. Il en va de même pour de nombreux immigrants dans les pays riches : en France par exemple, moins de 60% des immigrants maîtrisent pleinement la lecture.

Malgré la lenteur des progrès observés au niveau mondial dans la réduction du nombre d’adultes illettrés, des succès existent. Au Bangladesh par exemple, l’alphabétisation des femmes a plus que doublé entre 1990 et 2011. En Ethiopie, le nombre de jeunes alphabétisés a augmenté de près de 20% entre 2000 et 2011.

Les activités prévues cette année souligneront les liens existant entre l’alphabétisation et le développement durable. Il s’agit de montrer comment l’alphabétisation peut permettre aux personnes de faire des choix qui favorisent la croissance économique, le développement social et l’intégration environnementale. L’alphabétisation est la base de l’éducation tout au long de la vie et joue un rôle déterminant dans la création de sociétés durables, prospères et pacifiques.

« Nous devons investir davantage, a déclaré la Directrice générale, et j’appelle tous les Etats et tous nos partenaires à redoubler d’efforts – politiques et financiers – pour que l'alphabétisation soit pleinement reconnue comme l’un des plus puissants accélérateurs de développement durable ».

***

De nombreux événements sont organisés partout dans le monde à l’occasion de la Journée. Pour en savoir plus, consultez notre page web sur la Journée internationale d’alphabétisation 2014.

Pour plus d’information sur les progrès enregistrés par les pays pour atteindre les objectifs de l’Education pour tous, consultez le Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous.

*Afrique du Sud, Andorre, Australie, Bangladesh, Bénin, Brésil, Chine, Croatie, Danemark, Etats-Unis, Ethiopie, Guyana, Mozambique, Tunisie.