Des journalistes africains affûtent leurs compétences en vue du sommet sur le climat

Une attitude plus positive envers l’atténuation et la prévention du changement climatique pourra se faire jour dès lors que les journalistes tiennent les citoyens suffisamment informés, afin que ces derniers puissent exercer des pressions sur leurs responsables.

Tel était le message de Jean-Pierre Poncet, deuxième conseiller de la délégation permanente française auprès de l’UNESCO, dans les propos qu’il a tenus aux 18 journalistes africains assistant à l’atelier de formation sur le changement climatique qui a débuté le 4 juillet au siège de l’UNESCO à Paris.

M. Poncet a remarqué que les acteurs officiels étaient importants au cours des processus de négociation qui ont conduit à la 21e session de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) en décembre de cette année dans la banlieue parisienne du Bourget. Mais il a souligné que seuls des journalistes au fait des questions de développement et de climat et de la façon dont ces derniers s’imbriquent dans le cadre des politiques nationales, seraient à même de les obliger à rendre des comptes.

L’atelier de formation, résultat d’un partenariat stratégique entre l’UNESCO et l’Agence française de coopération médias (CFI) vise à doter les journalistes africains du savoir et des compétences nécessaires pour couvrir de façon fiable la conférence scientifique internationale qui débute demain à Paris. Il fait partie d’une série de réunions préparatoires à l’événement COP 21 lui-même.

Les journalistes venaient du Kenya, de Madagascar, du Rwanda et de Tanzanie. Ils représentent une nouvelle génération de journalistes africains à la recherche de manières neuves de couvrir les complexités du changement climatique.

Si la majorité d’entre eux travaille pour la radio et la presse écrite, certains sont des bloggeurs qui s’appuient sur les réseaux sociaux pour sensibiliser le plus grand nombre au changement climatique.

Une ressource essentielle pour cet atelier de formation est la publication de l’UNESCO intitulée : « Le changement climatique en Afrique : Guide à l’intention des journalistes ».

L’atelier devrait s’achever le 11 juillet.