La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste consacrée à l’éducation, aux sites et musées

holocaust_2017_688px.jpg

© Mémorial de la Shoah
17 Janvier 2017

La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste sera cette année l’occasion pour l’UNESCO de s’intéresser au rôle des sites et musées historiques dans l’enseignement de l’Holocauste. Les événements marquant la commémoration auront lieu du 24 au 26 janvier au siège de l’Organisation, en amont de la journée officielle, le 27 janvier, qui marque l’anniversaire de la libération des camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Chaque année à cette période, l’UNESCO commémore le génocide perpétré contre le peuple juif et d’autres crimes nazis, réaffirmant ainsi son engagement à promouvoir l’enseignement relatif à l’histoire de l’Holocauste et à lutter contre le racisme et l’antisémitisme.
Le thème de la commémoration de cette année, Eduquer pour un meilleur futur : le rôle des sites et musées historiques dans l’enseignement de l’Holocauste, fera l’objet d’un discours d’ouverture le 26 janvier (15h00) prononcé par Serge Klarsfeld, Ambassadeur honoraire et Envoyé spécial de l’UNESCO pour l’enseignement de l’histoire de l’Holocauste et la prévention du génocide. Il sera suivi d’une table-ronde rassemblant Piotr Cywiński, Directeur du musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau (Pologne), Jacques Fredj, Directeur du Mémorial de la Shoah (France), Dorit Novak, Directeur général du Mémorial de Yad Vashem (Israël), et Agnès Sajaloli, Directrice du Mémorial du camp d’internement de Rivesaltes (France). Elle sera animée par l’historien Jean-Yves Potel.

La discussion portera sur les défis auxquels sont confrontés les sites historiques de massacres et de persécution, les mémoriaux et musées, et examinera leur rôle testimonial et éducatif, qui revêt une importance grandissante compte tenu du nombre toujours plus restreint de rescapés des crimes nazis.

Des reliques témoignant de la violence des Nazis seront présentées lors d’une exposition d’objets issus de fouilles effectuées près des crématoriums d’Auschwitz-Birkenau. Perdus depuis un demi-siècle, ces vestiges ont récemment été retrouvés par le musée d’Auschwitz. La présentation des derniers effets personnels, que les déportés ont pu conserver jusqu’au moment de leur exécution, sera inaugurée par le Directeur du musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau et la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova (26 janvier, 14h30, ouvert au public jusqu’au 10 février).

Une cérémonie officielle clôturera la Journée de commémoration (19h00) par un concert des musiciens de renom, Martha Argerich (piano) et l’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Ivry Gitlis (violon). La cérémonie présentera également un témoignage personnel de Raphael Esrail, Président de l'Union des déportés d'Auschwitz, et une lecture de textes écrits par Elie Wiesel, rescapé de l’Holocauste et Prix Nobel de la paix, par l’actrice Anne-Catherine Dutoit.

En amont de la Journée, le 24 janvier, de jeunes étudiants et des professeurs d’histoire examineront la question cruciale de la déconstruction du discours de haine. Cet événement à l’intention des jeunes s’inscrit dans le cadre des conférences du Campus UNESCO organisées en partenariat avec la fondation Engie.

Le 24 janvier sera également projeté en avant-première le documentaire Le Maestro : pour que vive la musique des camps du réalisateur Alexandre Valenti. Ce film rend hommage aux hommes et aux femmes qui ont continué à composer dans les camps et ghettos ainsi qu’à l’homme qui a retrouvé et préservé leur travail, Francesco Lotoro. Cette projection est organisée en partenariat avec la société de production Les Bons Clients.

Les événements de l’UNESCO pour la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste sont organisés en partenariat avec le Mémorial de la Shoah (France) et le musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau (Pologne), et avec le soutien de la Délégation permanente de la France auprès de l’UNESCO, de la Délégation permanente de la Principauté de Monaco auprès de l'UNESCO et de Metin Arditi, Envoyé spécial de l'UNESCO pour le dialogue interculturel.

****

Concernant le soutien de l’UNESCO en faveur de l’enseignement de l’histoire de l’Holocauste et d’autres génocides

Contact média : Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO, a.bardon@unesco.org 
+33 (0)1 45 68 17 64

Accréditation média : Djibril Kebe, Service de presse de l’UNESCO, d.kebe@unesco.org +33(0)1 45 68 17 41