Journée mondiale de l’Océan 2015 : Appel en faveur d’une prise en compte de l’océan dans les négociations climatiques

oceans_day_call_688px_if_dr.jpg

A woman is collecting fish and sipu at sunset in the Dili District, Timor-Leste
© UN Photo/Martine Perret

À six mois des négociations climatiques qui s’ouvriront à Paris fin 2015 (COP21), la Journée mondiale de l’océan 2015, célébrée chaque année le 8 juin, a été l’occasion de lancer un Appel en faveur d’une meilleure prise en compte de l’océan dans les négociations sur le climat. Cet Appel reprend les recommandations formulées par des représentants du monde scientifique et de la société civile réunis au cours d’une journée de réflexion organisée par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO et la Plateforme océan et climat* au siège de l’Organisation.

Ouvert par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, en présence notamment du ministre français des Affaires étrangères et du développement international, Laurent Fabius ; du Représentant des Nations Unies et d'ONU-Océans, Miguel de Serpa Soares ou encore du Directeur du Museum national d’histoire naturelle et représentant de la Plateforme Océan et climat, Gilles Bœuf, cet événement a donné lieu à des ateliers scientifiques, des tables rondes, un Campus UNESCO ouvert aux étudiants et des expositions.
La Journée avait pour objectif de rappeler le rôle clé joué par l’océan dans le processus climatique alors que celui-ci a été jusqu’ici l’un des grands «  oubliés »  des négociations internationales sur le climat.

« Nous devons impérativement mieux comprendre le lien entre l’océan et le climat et mieux faire connaître ce que nous savons déjà », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO en rappelant le lancement, il y a un an au siège de l’Organisation, de la Plateforme Océan et Climat « afin de partager les connaissances scientifiques avec les négociateurs et le grand public ».

« Il ne saurait y avoir de développement durable sans un océan vivant. Toute tentative d’accord sur le climat doit, pour espérer réussir, intégrer ce rôle de l’océan », a encore souligné Irina Bokova.

« La COP de Paris [Conférence des Nations Unies sur le changement climatique] doit permettre d’accélérer la prise de conscience car les océans font partie de la solution. Ce sont des alliés décisifs dans la lutte contre le changement climatique », a souligné pour sa part Laurent Fabius, qui s’est engagé à ce qu’une journée soit consacrée à l’océan pendant la COP 21.

« On ne peut pas dire que l’océan soit tout l’avenir de l’humanité, mais c’est un avenir de l’humanité », a rappelé de son côté Gilles Bœuf qui a plaidé pour une meilleure prise en compte de l’océan dans les négociations sur le climat.

Pour mobiliser les Etats et provoquer une prise de conscience de la part des acteurs engagés dans les négociations sur le climat, un Appel a été lancé à l’issue de la Journée. Les signataires (ONG, représentants du secteur privé, scientifiques, Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO) réunis au sein de la Plateforme océan et climat, mettent en avant la protection des écosystèmes marins au regard des solutions qu’ils apportent, comme leur capacité naturelle à stocker le CO2. Ces écosystèmes jouent un rôle aussi important que les forêts en tant que « poumon » de la planète.

L’Appel prône également l’intégration des projets de gestion durable de la biodiversité marine dans les mécanismes de financement climatique. L’importance de la recherche scientifique, qui permet de mieux comprendre les processus climatiques et d’orienter l’action politique en conséquence, est également soulignée. Assorti de recommandations destinées à placer l’océan au cœur de la lutte contre le réchauffement climatique, il sera remis en décembre 2015 aux Etats signataires lors de la COP21.

Il a été lu par Sandra Bessudo, Conseillère auprès du Président colombien pour la gestion de l’environnement, la biodiversité, l’eau et le changement climatique et en présence notamment du Prince Albert II de Monaco, de Tommy Remengesau, Président de la République de Palaos ; de Freundel Stuart, Premier Ministre de la Barbade ou encore de Danny Faure, Vice-président des Seychelles.

Chacun peut dès aujourd’hui signer cet Appel sur change.org/oceanforclimate (#OceanForClimate) et joindre sa voix à celle des scientifiques, des navigateurs, des associations qui se mobiliseront, lors des négociations, pour cet enjeu vital pour le devenir de la planète.

* A propos de la Plateforme Océan et Climat

La Plateforme Océan et Climat est née d’une alliance entre des organisations non gouvernementales et des instituts de recherche, avec l’appui de la Commission Océanographique Intergouvernementale de I’UNESCO, le 10 juin 2014 à l’occasion de la Journée mondiale de l’océan. Elle regroupe aujourd’hui des organismes scientifiques, des universités, des institutions de recherche, des associations à but non lucratif, des fondations, des centres de science, d’établissements publics et des associations d’entreprises, tous impliqués pour une meilleure prise en compte de l’océan dans les négociations climatiques.

Contacts médias :

Plus d'informations :