L’UNESCO, l’ICCROM et l’ICOM envisagent une coopération avec le gouvernement égyptien sur le patrimoine culturel

Egypt_800px_0.jpg

© UNESCO

L’UNESCO et ses partenaires, le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICROM) et le Conseil international des musées (ICOM) ainsi que le Centre régional arabe pour le patrimoine mondial effectuent une visite du 4 au 9 septembre pour discuter avec les autorités égyptiennes de projets concernant le patrimoine culturel, notamment du Musée national de la civilisation égyptienne et du Musée d’art islamique du Caire ainsi que des sites du patrimoine mondial du Caire historique et d’Abou Mena.

L’UNESCO a une longue et fructueuse tradition de coopération avec l’Egypte dans le domaine du patrimoine culturel. Le coup d’envoi de cette coopération a été donné par la campagne de sauvegarde de Nubie dans les années 1960 et la mise en œuvre d’une série d’importants projets culturels en Egypte, qu’il s’agisse de la campagne internationale pour l’établissement du musée de la Nubie à Assouan ou du Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC) au Caire. A la demande du ministre des Antiquités, le projet avec le NMEC a été conçu pour renforcer les capacités du personnel du musée et offrir une expertise technique. Le projet vise à renforcer la connaissance internationale de la culture égyptienne et attirer des visiteurs du monde entier.

Plus récemment, l’UNESCO a apporté son appui au gouvernement égyptien après le pillage du musée Malawi en août 2013. Lorsqu’une explosion a touché le Musée d’art islamique du Caire cette année, l’UNESCO et le gouvernement italien se sont engagés à financer et fournir une aide technique pour réhabiliter le musée grâce à une contribution mobilisée par l’UNESCO et versée par l’Italie.

La phase actuelle du projet de coopération entre l’UNESCO et l’Egypte de réhabilitation urbaine du centre historique du Caire, qui vise à améliorer la gestion du site du Caire historique, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, arrive à échéance. Des discussions sont en cours avec plusieurs pays et différentes institutions pour aider l’Egypte à restaurer ce patrimoine unique, qui constitue un élément important de son identité culturelle.

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a renouvelé son engagement en faveur de la préservation du patrimoine culturel égyptien. « Le patrimoine égyptien fait partie de l’histoire universelle de l’humanité et je ferai mon possible pour mobiliser l’expertise de l’UNESCO et de ses partenaires pour sa préservation –c’est aussi important pour les Egyptiens que pour le reste du monde ».