Lancement des centres de formation du Projet « Former ma Génération - Gabon 5000 » de Libreville

18 Janvier 2016

L’UNESCO et Airtel Gabon ont lancé officiellement le 11 janvier 2016 les deux premiers centres de formation à Libreville. L’inauguration s’est faite en présence de 5 ministres du gouvernement, et du Directeur Général d’Airtel Gabon qui finance entièrement le projet.

La coupure du ruban symbolique au Lycée public Jean Hilaire Aubame, lundi 11 janvier 2015, par le 3ème Vice Premier Ministre en charge de la formation professionnelle et de l’insertion des jeunes a donné le top du démarrage effectif des activités pédagogiques des centres de formation du programme « Former Ma génération Gabon 5000 » dans la province de l’Estuaire.

Les enseignants formateurs ont eu à cet effet, l’occasion de démontrer et expliquer les contenus des formations à l’assistance. Ils sont au total 11 formateurs répartis dans les deux centres des lycées Djoué d’Abany et Jean Hilaire Aubame de Ndzeng Ayong. La réalisation du projet prévoit dans un premier temps la formation à l’outil informatique d’un minimum de 4400 jeunes gabonais. Selon un accord de partenariat d’exécution signé en octobre 2015 entre l’UNESCO et le Ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement technique, tous les centres de formations situés dans les 9 provinces seront équipés d’un plateau technique de 24 ordinateurs et de matériel informatique de dernière génération.

L’Institut Africain d’Informatique (IAI), apporte un appui technique et pédagogique au projet, notamment dans la mise en place du référentiel de formation ouvrant aux apprenants sept filières de métiers spécialisées qui les prépareront au marché du travail.

« Sur les 6800 jeunes inscrits actuellement, 1173 ont été évalués par l’Institut IAI. Sur ce nombre de candidats 82% se situe au niveau 1 d’initiation à l’outil informatique, 14,5% au niveau 2 d’initiation intermédiaire et 1,5% au niveau 3 de spécialisation, ce qui montre l’importance et l’urgence de cette formation au Gabon »

Il a également tenu à encourager les jeunes Gabonais qui suivront la formation non sans prévenir que «gratuité ne veut pas dire facilité».


© UNESCO

Un remerciement public a été adressé à la Société d’Energie et d’Eau (SEEG) du Gabon et le Ministère du budget et des comptes publics pour leur concours à la réussite du projet.

Financé à hauteur de 2,4 milliards FCFA par Airtel Gabon, le projet destiné à la formation de 5000 jeunes gabonais de 17 à 35, sur trois ans, est centré sur quatre composantes principales : l’initiation à l’outil informatique, le soutien scolaire par la formation à distance (e-learning) de 100 enseignants spécialisés dans les matières scientifiques qui fourniront une assistance en ligne de 15000 élèves du secondaire en classe d’examen, l’accompagnement à l’entreprenariat des jeunes et l’accompagnement aux métiers par des bourses de formation dans les domaines spécialisés.

« Nous croyons que l’esprit de la réussite demeure en chaque africain. Nous croyons à chaque rêve et ambition et nous sommes là pour nourrir cette soif jusqu’au sommet » a assuré M. Heiko Schlittke, Directeur Général de la Compagnie de téléphonie mobile Airtel, pour qui le programme « Former Ma Génération - Gabon 5000 » constitue une véritable passerelle vers le chemin de la réussite.

Pour sa part, S. Exc. M. Florentin Moussavou, Ministre de l’Education et de l’Enseignement technique a salué « une initiative de grande envergure et originale » et a indiqué que ce projet est la concrétisation de l’initiative « Train My Génération » de former les jeunes africains» que le Président de la République, S. Exc. M. Ali Bongo Ondimba avait lancée lors du New York Forum de 2013.

En perspectives, l’UNESCO et ses partenaires comptent commencer la formation des enseignants de Port-Gentil au mois de février pour une ouverture du centre de Port-Gentil au mois de mars prochain. Ensuite, viendra celui de Lambaréné, puis celui de la ville de Mouila et progressivement les autres centres de l’intérieur du pays. L’objectif à court terme, est de remettre les premiers certificats, à un premier groupe de 223 jeunes au mois d’avril prochain.