Lancement du projet d’autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes du Mali par l’éducation : l’UNESCO, l’UNFPA et ONU Femmes accompagnent le gouvernement malien

signature_plan_projet_koica_echange_des_documents_c_clarisse_njikam-unesco_1.jpg

Belle ambiance à la fin de la signature du document. (de g à d). Les Représentants de l'UNESCO, ONU FEMMES, UNFPA et le Ministre malien de l'Education Nationale.
© UNESCO/Clarisse NJIKAM
30 Août 2016

Bamako-26 aout 2016 : Dans le but d’accroître l’accès des adolescentes et des jeunes femmes du Mali à une éducation pertinente et de qualité, le Ministre de l’Éducation Nationale et le Représentant de l’UNESCO au Mali ont procédé, le vendredi 26 août 2016, à la signature officielle du plan d’opération du projet conjoint UNESCO-UNFPA-ONU FEMMES pour l’autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes du Mali à travers l’Education 2016-2020, sur financement de l'agence coréenne de coopération internationale (KOICA). 

La cérémonie était présidée par M. Kenekouo Barthelemy Togo, Ministre de l’Education Nationale, en présence de M. Lazare Eloundou, Représentant de l’UNESCO, de Mme Josiane Yaguibou, Représentante de l’UNFPA, de Dr Maxime Houinato, Représentant de ONU Femmes au Mali. On notait aussi la présence de Mme Sangaré Coumba Touré, Secrétaire générale de la Commission nationale malienne pour l’UNESCO, et une trentaine de cadres des Ministères partenaires, ainsi que du Bureau de l’UNESCO à Bamako.

Dans son intervention, Lazare Eloundou a commencé par faire un historique du projet conjoint qui a été lancé à très haut niveau par la Directrice générale de l’UNESCO et la Présidente de la République de Corée, lors de la visite officielle de cette dernière au siège de l’UNESCO en décembre 2015. Il a rappelé que ce projet fait partie intégrante du Programme global conjoint « autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation » qui a été annoncé par la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka et le Directeur exécutif de UNFPA, M. Babatunde Osotimehin, lors de la réunion de la 59ème Commission de la condition de la femme, au siège des Nations Unies à New York, le 10 mars 2015.

Il a en outre rendu hommage au Ministre de l’Éducation Nationale pour son leadership. « Je voudrais vous remercier pour votre investissement personnel dans l’avancement et l’aboutissement de ce projet conjoint, et à travers vous tous vos homologues Ministres qui ont soutenu et accompagné ce travail tout au long de son processus d’élaboration » a-t-il souligné. « Je voudrais aussi saluer l’engagement de mes collègues représentants de UNFPA et ONU Femmes, qui n’ont ménagé aucun effort à faire de cette initiative conjointe une réalité au bénéfice des adolescentes et des jeunes femmes du Mali » à l’attention de Mme Josiane Yaguibou et du Dr Maxime Houinato.

Lazare Eloundou a mis à profit la cérémonie, pour saluer l’excellente collaboration de la République de Corée du sud avec l’UNESCO en particulier et le développement de l’Afrique en général. « Les contributions volontaires de la République de Corée du sud ont augmenté de manière significative en 15 ans, depuis 1999 passant de 250 000 dollars US à près de 9,5 millions de dollars US. Le volume de la coopération en termes de budgets totaux des projets en cours avec l’UNESCO est de plus de 35 millions de dollars, faisant de la République de Corée du sud, un de nos donateurs et partenaires les plus importants » s’est-il réjoui.

Il a enfin rappelé  les résultats escomptés du projet, à savoir: l’accès des jeunes femmes et adolescentes à une éducation de qualité sensible au genre et adapté à leur cadre de vie, facilitant ainsi les relations entre les deux genres ; la disponibilité croissante d’une éducation nationale de qualité et le renforcement des liens entre la santé et les services sociaux pour les adolescentes et jeunes femmes ; l’accès à l’eau potable ; la disponibilité de données fiables sur les politiques et les actions d’éducation sensibles au genre, entre autres. « Ses objectifs dans leur finalité répondent à l’atteinte de plusieurs Objectifs du Développement Durable, notamment sur l’Éducation de qualité (ODD 4), l’Égalité entre les sexes (ODD 5), l’Eau propre et assainissement pour tous (ODD 6), les Inégalités réduites (ODD 10), et les Partenariats pour la réalisation des objectifs (ODD 17) », a-t-il conclu.

Prenant la parole, le Ministre de l’Éducation Nationale, a quant à lui, brossé l’état de la situation au Mali en 2015, où « les filles représentaient 46,5% des effectifs d’élèves du premier cycle de l’enseignement fondamental en 2015, et seulement 45,7% ont pu achever le cursus sur un taux d’accès estimé à 57,1% pour la même année ». Faisant référence aux résultats de l’Enquête Légère Intégrée auprès des ménages réalisés en 2010, il a rajouté que 29,4% des adultes entre 15 ans et plus dont 18,8% pour les femmes et 41,6% pour les hommes sont alphabétisés. « Dès lors, nous percevons les limites de nos approches conventionnelles et devons développer de nouvelles stratégies visant à garantir à chaque fille et à chaque femme le droit à l’Éducation » a-t-il mentionné.

Il a adressé les remerciements du Peuple et du Gouvernement du Mali au Peuple et au Gouvernement de la Corée, à l’UNESCO, UNFPA et ONU FEMMES, avant de réitérer le soutien de son département à soutenir le projet. « Nous nous engageons à accorder au projet le plus grand soin et à lui garantir une pleine réussite ». Il s’est enfin réjoui du protocole d’accord signé, qui répond parfaitement aux attentes de son département, car il vise à rendre automnes les adolescentes et les jeunes femmes par l’acquisition de connaissances et de capacités utiles, à garantir leur bonne santé et la prise de décisions en matière de santé sexuelle et reproductive et à accompagner leur participation active à la vie publique.

Le projet conjoint UNESCO-UNFPA-ONU FEMMES pour l’autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes du Mali à travers l’Éducation 2016-2020, a été financé à hauteur de 5 000 000 de dollars américains soit environ 2 945 000 000 FCFA, par la République de Corée du sud à travers son agence de coopération internationale « KOICA ». Le projet sera mis en œuvre dans les régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et dans le District de Bamako.

Pour plus d’informations: Clarisse Njikam, Tel: 20 23 34 92/93 / 74 41 97 86, pc.njikam@unesco.org

Lien photos : https://www.flickr.com/photos/135945845@N05/albums/72157669831288863