Lancement de l’expérimentation des Microsciences au Gabon

microscience1.jpg

© UNESCO
09 Mai 2016

L’UNESCO a animé, du 26 au 28 avril, l’expérimentation des microsciences au Gabon par un atelier de formation des enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre et de Sciences Physiques des établissements pilotes. Plus de 30 enseignants de la province du Woleu-Ntem sont les premiers bénéficiaires du projet de redynamisation de l’enseignement des sciences au Gabon. 

Cette initiative de l’UNESCO d’expérimentation des Microsciences au Gabon vise à soutenir le gouvernement gabonais dans l’introduction des Microsciences dans son système éducatif. Le projet est basé sur l’apprentissage des sciences par la pratique, en utilisant des kits pédagogiques de Microsciences qui sont de véritables mini-laboratoires peu coûteux, sans danger et exploitables dans les salles de classes standardisées.

En effet, malgré le fort taux de scolarisation du Gabon, qui avoisine les 94%, seuls 13% des candidats au baccalauréat s’inscrivent dans les séries scientifiques. Les causes majeures de ce constat amer sont, entre autres : les classes à effectifs pléthoriques ; l’absence de salles de classes scientifiques spécialisées ou laboratoires ; l’absence de matériels didactiques scientifiques ; l’absence de techniciens et la faible récurrence de formation pratique des enseignants. Ce constat amer a conduit à l’élaboration d’un projet de « redynamisation de l’enseignement des sciences au Gabon » .

Sur la base de la contextualisation des protocoles, le département de Sciences de la Vie et de la Terre du Ministère de l’éducation et de l’enseignement technique a donc produit avec l’appui de l’UNESCO le livret d’expérimentation des curricula du Gabon. Aux termes de ces travaux, la formation des personnels d’encadrement, de même des kits spécifiques gabonais ont été recommandés.

C’est dans ce cadre que l’UNESCO a animé en collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale, du 26 au 28 mai dernier à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, l’atelier de formation pour les enseignants expérimentateurs de Physique-Chimie et Sciences de la Vie et de la Terre du Gabon. Cet atelier a vu notamment la participation de plus de 30 enseignants de sciences du secondaire, venus de Bitam, Mitzic ainsi que ceux d’Oyem.

Durant ces 3 jours, alternés d’expérimentation et production pédagogique, deux (2) experts venus du siège de l’UNESCO Paris, les docteurs Jean Paul Ngome Abiaga et Magalie Lebreton-Traore, ont revisité avec les enseignants la méthodologie Microscience. Les experts du Bureau régional UNESCO de Yaoundé, le Pr Mama Plea , Spécialiste du Programme Sciences au Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale à Yaoundé et Annie-Claude, et du Ministère de l’éducation nationale, les inspecteurs Clarisse Abguezome Nguema et Nicaise Moutsiangou complètent la liste des formateurs mobilisés pour renforcer les capacités en microsciences des enseignants du Woleu-Ntem.


Les expérimentateurs en pleine séance de travail pratique
© UNESCO

Cinq (5) types d’expériences ont marqué la formation. D’abord regroupés, les expérimentateurs des deux spécialités ont travaillé sur les microscience-chimie et microscience-titrage. Ensuite, ils ont été isolés par spécialité. Ainsi, pendant que les enseignants des sciences de la vie te de la terre expérimentaient la microscience-biologie et la microcience-chimie environnementale, les enseignants des sciences physiques plongeaient dans la microscience-électricité.

Au cours de cette formation, l’ensemble des professeurs s’est exercé à élaborer des fiches de  travaux pratiques inspirées des programmes scolaires en vigueur au Gabon. Ces fiches ont par la suite intégrées les des fiches de leçon dont certaines séquences ont servi des simulations en microenseignement. Des stratégies de mise en œuvre dans les classes à effectif pléthoriques ont été également décrites. D’où l’ assentiment et totale satisfaction des enseignants au terme de cette formation.

Le Woleu-Ntem est la première phase de cette stratégie. D’autres provinces telles ques l’Estuaire et l’Ogooué Maritime bénéficieront prochainement de cette formation.

L’atelier a été ouvert et fermé par la Directrice d’Académie Provinciale Mme Blandine Toung en présence des autorités provinciales.