Lutter contre l’extrémisme violent – Mettre un terme au nettoyage culturel

Le 28 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, s’est exprimée lors du colloque annuel de l’Alliance économique internationale sur le thème : « Culture et lutte contre l’extrémisme violent », organisé au Council on Foreign Relations à New York.

Le colloque s’est déroulé en présence de S. E. Mme Rama N’Diaye Ramatoulaye Diallo, Ministre de la culture du Mali, et de Mme Greta Faremo, Directrice exécutive du Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets, et a été présidé par S. E. Mme Cynthia Schneider et

S. E. M. Thomas Pickering.

« Nous faisons face aujourd’hui à des atteintes à la culture sans précédent, a déclaré la Directrice générale. Tout cela fait partie de ce que j’appelle le « nettoyage culturel », qui est alimenté par l’extrémisme violent » et vise à propager la peur et la haine, à éliminer les identités culturelles et à faire régresser la paix.

« Il est donc impératif, pour la consolidation de la paix, de protéger le patrimoine et de lutter contre le trafic, et aussi de promouvoir l’éducation, les droits de l’homme, la citoyenneté mondiale et la paix. »

La Directrice générale a évoqué le voyage effectué au Mali en compagnie du Président français François Hollande, ainsi que sa promesse de reconstruire les mausolées de Tombouctou, qui s’est concrétisée en juillet 2015.

L’UNESCO agit dans tous les domaines pour réduire les risques de destruction et de pillage par le suivi et le renforcement des capacités, pour lutter contre le trafic en travaillant avec les pays voisins et tous les partenaires internationaux, pour recenser les biens détruits et préparer la réconciliation, et pour combattre la propagande de haine en empruntant de nouvelles formes de communication, notamment la campagne mondiale sur les réseaux sociaux #UnisPourLePatrimoine, lancée à l’Université de Bagdad en mars dernier afin d’inciter les jeunes à mettre en question la propagande de violence et de renforcer l’unité autour de valeurs communes.

« Les atteintes à la culture sont des attaques contre les identités, contre les liens qui nous unissent », a affirmé Mme Bokova.

« C’est pour cela que nous nous battons aujourd’hui, car la culture nous apporte du sens et nous donne la force de résister, de se relever, et d’unir nos forces. »