Mobiliser les parties prenantes pour la protection du patrimoine culturel en Afrique

26 Juillet 2017

La protection du patrimoine culturel est une question importante sur l'ensemble du continent africain, en particulier en raison des menaces et des défis qui comprennent les conflits, le pillage et le trafic illicite de biens culturels, ou le manque de sensibilisation ou de ressources. De l’Afrique de l’Est à l’Ouest, des acteurs culturels, des partenaires et des parties prenantes ont été mobilisés pour renforcer la coopération régionale et des initiatives communes pour la protection du patrimoine culturel. Deux réunions régionales organisées simultanément par l'UNESCO dans la République de Maurice et au Sénégal du 18 au 19 juillet 2017 ont suscité davantage d'actions.

Le 20 juillet 2017, à Balaclava, République de Maurice, les ministres responsables de la culture à Djibouti, en Éthiopie, à Maurice, en Somalie et au Soudan du Sud ont publié une déclaration conjointe sur le renforcement des synergies pour la protection du patrimoine culturel en Afrique de l’Est et les États insulaires de l’océan Indien. Elle reconnaît la nécessité d’inclure la culture dans les plans nationaux de développement, d’améliorer la législation et les politiques de protection et de promotion du patrimoine culturel et de ratifier les instruments internationaux normatifs dans le domaine de la protection du patrimoine culturel, entre autres.

Cela à la suite d’une conférence régionale qui comprenait également des représentants ministériels des Comores, de la République démocratique du Congo, de l’Érythrée, du Kenya, de Madagascar, des Seychelles, de la République-Unie de Tanzanie et de l’Ouganda. Une enquête menée avant la conférence a révélé le faible niveau de mesures juridiques et politiques pour la protection du patrimoine culturel et la prise de conscience des outils et ressources existants, ainsi que le renforcement des capacités et l’assistance technique en Afrique de l'Est. Mme Nadia Arop Dudi, Ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports du Soudan du Sud, a noté que «le manque de sensibilisation et le manque de musées pour préserver et protéger notre patrimoine sont certains des défis auxquels nous sommes confrontés au Soudan du Sud. L’encouragement et le soutien de l'UNESCO ont amené le Soudan du Sud à ratifier trois conventions culturelles et nous nous sommes engagés à en ratifier d’autres. Nous devons entreprendre d’autres mesures pour donner la priorité à la culture, par exemple renforcer les lois et élaborer des inventaires ... parce que la culture est la paix, le développement et les personnes ».

Comme dans d'autres parties du monde, le trafic illicite augmente en Afrique et des efforts communs sont nécessaires pour le combattre. Le Professeur. Dr. George Abungu, archéologue et consultant international en patrimoine, a fourni des exemples allant du trafic illicite de la communauté Vigangos de la Kaya au Kenya, au retour du Masque Makondé du Musée Barbier-Mueller à Genève au Musée National de la Tanzanie. « Nous sommes convaincus qu'en réunissant et en unissant nos forces pour protéger notre patrimoine, nous pouvons soutenir mutuellement nos efforts individuels et collectifs en matière de préservation du patrimoine », a déclaré M. Abdirahman Dahir Osman, Ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enseignement supérieur de la République fédérale de Somalie.

La coopération et le partage de l'information sont essentiels non seulement pour les fonctionnaires, mais aussi pour les professionnels des musées, les forces armées, la police et le personnel des douanes. La conférence a abouti à 10 recommandations pour renforcer la protection du patrimoine culturel dans la région, allant de la nécessité de développer des indicateurs culturels sur l’impact de la culture sur le développement durable et économique, la nécessité de la documentation et de la recherche, des inventaires et des bases de données sur le patrimoine culturel et les biens culturels à l'échelle nationale et régionale.

Plus de 70 participants ont pu en apprendre davantage sur la Convention de 1954 de l’UNESCO pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et ses deux protocoles (1954 et 1999), la Convention de l’UNESCO de 1970 sur les moyens d'interdire et de prévenir l’importation illicite, L’exportation et le transfert de propriété des biens culturels et la Convention d’UNIDROIT de 1995 sur les objets culturels volés ou illicitement exportés, ainsi que le réseau de partenaires et de ressources, qui constituent une base solide pour la sauvegarde du patrimoine culturel. La Ministre des Arts et de la Culture, l'hon. M. Roopun, a annoncé l’intention du Gouvernement mauricien de ratifier la Convention de l’UNESCO de 1970 ainsi que la Convention de 1954 de l’UNESCO et ses deux protocoles et la Convention d’UNIDROIT de 1995. Les ministres participants de Djibouti, d’Éthiopie, de Somalie et du Soudan du Sud ont également promis leur intention de ratifier les instruments normatifs internationaux dans le domaine de la protection du patrimoine culturel.

En plus des instruments juridiques, des outils pratiques tels que les inventaires des musées, les listes rouges de l’ICOM des catégories d'objets menacés d'extinction, ou la base de données INTERPOL d’œuvres d'art volées ont été mis en évidence. Des experts du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), de l’Institut international pour l’unification du droit privé (UNIDROIT), de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), du Conseil international des musées (ICOM), du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), le Fonds du patrimoine mondial africain (AWHF) et le Centre pour le développement du patrimoine en Afrique (CHDA) faisaient partie des organisations partenaires de l'UNESCO participant à la conférence et partageaient leur expertise et leurs ressources.

L’événement a été organisé par le Ministère des Arts et de la Culture du Gouvernement mauricien en collaboration avec la Commission nationale de Maurice pour l’UNESCO et a reçu un soutien financier généreux du Département fédéral suisse des affaires étrangères.

Dans le même temps, des travaux pratiques et participatifs se déroulent selon les mêmes lignes de protection du patrimoine, mais en Afrique de l’Ouest. À Dakar, au Sénégal, l’UNESCO a organisé un groupe de travail régional axé sur le trafic illicite de biens culturels dans la région du Sahel. Du 18 au 19 juillet 2017, dans le but de mobiliser une action commune, les directeurs du patrimoine et des musées du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Sénégal ont rejoint des experts de l’ICOM, du Bureau des Nations Unies contre la drogue et du crime (UNODC) et du Bureau des Nations Unies pour Afrique de l’Ouest (UNOWAS) pour prioriser les problèmes et renforcer la coopération. En tant qu’acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la stratégie intégrée de l’ONU pour le Sahel, les participants ont travaillé à l’élaboration d'une carte sous régionale sur le trafic illicite de biens culturels,  incluant les acteurs, les espaces, les voies de circulation et les domaines prioritaires d'action.

 

Pour plus d'informations, consultez les documents suivants de la conférence de Maurice: