Des modules de formation pour l’éducation à la paix et le « vivre ensemble » au Mali

mali2.jpg

© UNESCO
19 Janvier 2015

L’éducation à la paix était le thème central d’un atelier d’élaboration de modules de formation organisé à Ségou, Mali, du 19 au 23 novembre 2014. A travers des travaux de groupe et des séances plénières, l’objectif de cet atelier était de revisiter et de mettre à jour les différents programmes et modules de formation relatifs à l’éducation à la paix et au vivre ensemble au Mali.

Avec un total de 26 participants, dont les représentants du Ministère malien de l’Education Nationale et les agents de plusieurs organes gouvernementaux tels que les Directions Nationales de la Population et des Eaux et Forêts ainsi que des partenaires techniques et financiers, l’atelier de 5 jours s’est inscrit dans le cadre des activités du projet « Éducation en situation d’urgence en vue de renforcer la résilience au Sahel : Appui au Mali ».

Financé par le Gouvernement du Japon et mis en œuvre par l’UNESCO en collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale, ce projet vise notamment à assurer la continuité de l’éducation et à renforcer la résilience des populations de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal. Cet atelier fait suite à une première activité de revue générale des modules de formation qui s’était tenue à Ségou des 16 au 20 octobre derniers.

L’importance de l’éducation à la paix

« L’atelier de réadaptation et de mise à jour des modules d’éducation à la paix nous permettra de contribuer à renforcer les liens sociaux par l’instauration d’une culture de la paix, le respect des droits humains en vue de trouver les mécanismes de revivre ensemble sur un espace appartenant aux populations qui doivent s’accepter, parce que liées par une histoire commune » a indiqué dans son intervention M. Bagara Coulibaly, Représentant du Ministre de l’Education Nationale.

« La double crise politico-sécuritaire a largement écorné le tissu social entre les différentes communautés qui jadis avaient de bonnes relations de fraternité et de concorde, empruntes de respect mutuel. L’école n’a pas échappé à cette déchirure sociale. Nous devons donner le meilleur de nous-mêmes pour atteindre l’objectif de l’atelier qui est de mettre entre les mains des formateurs de formateurs des outils adaptés, pertinents, et efficaces pour l’éducation à la paix au niveau national, régional et local », a quant à lui rajouté M. Pierre Saye, chargé de programme Education au bureau de l’UNESCO à Bamako.

Dans un contexte marqué par le retour progressif des populations déplacées par le conflit dans leurs régions d’origine, cette refonte des modules de formation à l’intention des professionnels de l’éducation accorde une place prépondérante à l‘enseignement des droits humains et à la restauration des bases du mérite et de l’éthique dans le système éducatif malien.

Pérenniser les acquis

Par la relecture et la mise à jour des programmes et modules existants, cet atelier visait également à renforcer les capacités de tous les partenaires de l’éducation afin qu’ils puissent à leur tour former les enseignants à l’éducation de la culture de la paix.

Pour toutes les parties prenantes, il s’agit de faire en sorte qu’aussi bien apprenants qu’enseignants évoluent dans un environnement propice aux apprentissages, à la réinsertion professionnelle et à la promotion des droits essentiels que sont la santé, la participation citoyenne, la culture de la paix et le vivre ensemble.

Grâce aux efforts conjugués de tous les participants et des experts du bureau de l’UNESCO à Bamako et à Dakar, 11 modules de renforcement des capacités des divers services scolaires et gouvernementaux à la culture de la paix en situation d’urgence, ont été revisités et réadaptés aux exigences du contexte actuel.