La moitié de la planète sera connectée à Internet d’ici 2017 - La Commission des Nations Unies sur le haut-débit annonce les données pays par pays sur l’accès au haut-débit dans le monde

DG-broadband-drupal.jpg

© ITU/S.Nyman
21 Septembre 2014

New York, 21 septembre 2014 – Plus de 50% de la population mondiale aura accès à Internet d’ici trois ans, l’accès au haut-débit mobile via les smartphones et les tablettes étant la technologie connaissant la croissance la plus rapide de l’histoire, d’après l’édition 2014 du rapport sur L’État du haut-débit.

Lancé aujourd’hui à New York à l’occasion de la 10e réunion de la Commission sur le haut-débit pour le développement numérique, le rapport révèle que plus de 40% de la population mondiale est déjà connectée à Internet, et que le nombre d’utilisateurs d’Internet sera passé de 2,3 milliards en 2013 à 2,9 milliards d’ici la fin de cette année.

Plus de 2,3 milliards de personnes auront accès au haut-débit mobile d’ici la fin 2014 et ce chiffre devrait atteindre 7,6 milliards d’ici cinq ans. On compte désormais trois fois plus de connexions à haut-débit mobile que d’abonnements à une connexion à haut-débit fixe. La popularité des réseaux sociaux qui utilisent le haut-débit ne se dément pas avec 1,9 milliards de personnes désormais actifs sur les réseaux sociaux.

Produit chaque année par la Commission sur le haut-débit, le rapport sur L’État du haut-débit fournit un instantané unique en présentant des données pays par pays qui permettent de mesurer l’accès au haut-débit grâce aux objectifs clés établis par les 54 membres de la Commission sur le haut-débit.

La République de Corée reste en tête avec un taux de pénétration du haut-débit par ménage de plus de 98%, contre 97% l’année dernière. Monaco devance désormais le champion de l’an dernier, la Suisse, grâce à son record mondial pour les abonnements au haut-débit fixe avec un taux de plus de 44% de la population. On compte aujourd’hui quatre pays (Monaco, Suisse, Danemark, Pays-Bas) où le taux de pénétration dépasse les 40%, contre un seul (Suisse) en 2013.

Les États-Unis se placent au 19e rang mondial en ce qui concerne le nombre de personnes connectées, devant d’autres pays de l’OCDE tels que l’Allemagne (20e) et l’Australie (21e), mais derrière le Royaume-Uni (12e), le Japon (15e) et le Canada (16e). Les États-Unis sont passés du 20e au 24e rang pour les abonnements au haut-débit fixe par habitant, juste derrière le Japon mais devant Macao (Chine) et l’Estonie.

Au total, on compte désormais 77 pays où plus de 50% de la population est connectée, contre 70 en 2013. Les dix pays en tête pour l’utilisation d’Internet sont tous situés en Europe. L’Islande arrive en tête avec 96,5% de personnes connectées. Les niveaux d’accès à Internet les plus bas se trouvent principalement en Afrique subsaharienne, où moins de 2% de la population a accès à Internet en Éthiopie (1,9%), au Niger (1,7%), en Sierra Leone (1,7%), en Guinée (1,6%), en Somalie (1,5%), au Burundi (1,3%), en Érythrée (0,9%) et au Soudan du Sud (pas de données disponibles). La liste des dix nations les moins connectées comprend également le Myanmar (1,2%) et le Timor oriental (1,1%).

« Malgré la croissance phénoménale d’Internet, malgré tous les bénéfices qui en découlent, trop de personnes sont encore privées d’accès à Internet dans les pays en développement »,  a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, qui partage la vice-présidence de la Commission avec le Secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), le Dr. Hamadoun I.Toure. « Permettre l’accès à tous, partout, nécessitera une politique volontariste en terme de leadership et d’investissement. Il faut nous concentrer sur l’infrastructure et l’accès, mais également promouvoir l’acquisition de compétences adaptées et la diversité des contenus, afin de permettre aux femmes et aux hommes de participer à la construction et à la mise en place des sociétés du savoir. Comme le nouveau rapport sur L’État du haut-débit le montre, les TIC contribuent de façon significative au développement social et économique ainsi qu’à la protection de l’environnement. Ces trois piliers vont sous-tendre le programme international pour le développement de l'après-2015 et nous mener vers un monde plus durable. »

« Alors que les objectifs de développement durable des Nations Unies pour l’après-2015 sont en discussion, il est impératif de ne pas oublier ceux qui sont laissés de côté », a déclaré le Secrétaire général de l’UIT, le Dr. Hamadoun I. Touré. « L’adoption du haut-débit s’accélère, mais il est inacceptable que 90% des personnes vivant dans les 48 pays les moins développés ne disposent d’aucune connexion. Maintenant que l’Internet haut-débit est reconnu comme un outil clé du développement social et économique, nous devons faire de la connectivité une priorité majeure du développement, notamment dans les pays les plus pauvres. La connectivité n’est pas un luxe réservé aux riches ; au contraire, elle est le plus puissant outil jamais mis à la disposition de l’humanité pour combler les lacunes de développement dans des domaines comme la santé, l’éducation, la gestion environnementale et l’autonomisation des femmes. »

Un rapport séparé du groupe de travail de la Commission sur le financement et l’investissement, dirigé par la Banque interaméricaine de développement, a par ailleurs été rendu public lors de la réunion qui s’est tenue aujourd’hui, parallèlement à un livre blanc du groupe de travail de la Commission sur le développement durable, dirigé par le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg.

Parmi les autres temps forts de la journée figurent également la session spéciale sur les nouveaux modèles d’affaires à l’ère d’Internet, avec la participation de Craig Barratt (Vice-président, Google) et de Yael Maguire (Directeur de l’ingénierie, Facebook) ; des discussions sur les nouveaux modèles de réglementation, dirigées par le Président de la FFC, Tom Wheeler, et le Vice-président de la Banque africaine de développement, Alex Rugamba ; ainsi que des contributions de la part d’autres invités, dont le PDG de AT&T, Randall Stephenson, et le Président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab.

D’après le nouveau rapport, le plaidoyer de la Commission au sujet de l’importance du haut-débit a vu le nombre de pays avec une stratégie nationale pour le haut-débit en place passer de 102 en 2010, lorsque la Commission a commencé ses travaux, à 140 aujourd’hui.

Le rapport sur L’État du haut-débit 2014 est la troisième édition du rapport annuel de la Commission. Rendu public chaque année en septembre à New York, il s’agit du seul rapport présentant des données pays par pays en fonction de l’accès et de la disponibilité dans plus de 160 pays dans le monde.

 

Les photos des réunions de la Commission peuvent être téléchargées sur la chaîne Flickr de l’UIT : http://bit.ly/1s84FRc

Les vidéos peuvent être visionnées sur la chaîne YouTube de l’UIT : http://bit.ly/1mhwwfl

Une copie intégrale du rapport peut être téléchargée : http://www.broadbandcommission.org/Documents/reports/bb-annualreport2014.pdf

Pour plus d’informations sur la Commission sur le haut-débit : www.broadbandcommission.org

Retrouvez la Commission sur Facebook :

www.facebook.com/broadbandcommission

Rejoignez la Commission sur le haut-débit sur Twitter : www.itu.int/twitter

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

À New York :

Paul Conneally

Chef de la promotion des communications et des partenariats

E-mail: paul.conneally@itu.int

Tel : +41 22 730 5601

Portable : +41 79 592 5668

Gary Fowlie

Chef du Bureau de liaison de l’UIT

E-mail: gary.fowlie@itu.int

Tel : +1 917 367 2992

Portable : +1 917 679 5254

À Genève :

Sarah Parkes

Chef des relations avec les médias et information du public

E-mail : sarah.parkes@itu.int

Tel : +41 22 730 6135
Mobile : +41 79 599 1439

À Paris :

Sue Williams

Chef de la section média de l’UNESCO

Email :

Tel : +33 1 4568 1706

 

À propos de l’UIT

L'UIT est l’institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication.  Depuis 150 ans, elle coordonne la gestion des fréquences radioélectriques, promeut la coopération internationale dans le domaine des orbites de satellites, œuvre pour l’amélioration de l’infrastructure des télécommunications dans les pays en développement, et établit des normes mondiales pour favoriser l’interconnexion d’une vaste gamme de systèmes de communication.  De l’Internet haut-débit aux technologies sans fil de dernière génération ; de la navigation aéronautique et maritime à la radioastronomie et à la météorologie par satellite ; de la convergence des réseaux mobiles, Internet, de transfert de données, et de radiodiffusion télévisuelle et sonore aux réseaux de prochaine génération : l’UIT est fermement résolue à connecter le monde. www.itu.int

 

À propos de l’UNESCO

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture s’emploie à favoriser le pouvoir du savoir et de l’information, notamment grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) en vue de transformer les économies, créer des sociétés du savoir inclusives, autonomiser les communautés locales en favorisant l’accès au partage de l’information et du savoir dans tous les secteurs du mandat de l’UNESCO. Pour l’UNESCO, de telles sociétés du savoir doivent être bâties sur quatre piliers : la liberté d’expression, l’accès universel à l’information et au savoir, le respect de la diversité culturelle et linguistique et la qualité de l’éducation pour tous. www.unesco.org