Des mots différents, une seule langue : la Paix

lbv_paix_v1.jpg

Les jeunes pendant le tournage du spot
© UNESCO
09 Juillet 2016

C’est le slogan de la Campagne des jeunes pour la promotion de la culture de la paix en Afrique centrale. Lancée le 09 juillet 2016 à Libreville (Gabon), cette campagne est une initiative du Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix (PAYNCOP) à laquelle se sont associés le Réseau des organisations de jeunesse africaine leaders des Nations Unies/Section Gabon (ROJALNU/Gabon) et le Conseil national de la jeunesse du Gabon (CNJG). En démarrant au Gabon, elle a vocation à s’étendre aux pays de la sous-région et culminer avec la célébration de la Journée internationale de la paix (21 septembre). 

Comme l’a souligné Monsieur Stéphane Nzé Nguéma, Secrétaire permanent du Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix, cette campagne, inspirée par le Plan d’action pour la Culture de la paix de Luanda, a pour objectif de susciter une prise de conscience au rôle que chacun peut jouer pour vivre la paix et la non-violence au quotidien.

En s’associant à cette initiative, le Réseau des organisations de jeunesse africaine leaders des Nations Unies (ROJALNU/Gabon) et le Conseil national de la jeunesse du Gabon (CNJG) entendent contribuer à la réalisation de l’Objectif 16 du Développement Durable qui appelle à l’avènement de sociétés inclusives et pacifiques.


Photo de famille lors de la conférence de presse
© UNESCO

Le lancement de cette initiative des jeunes est soutenu par l’UNESCO, le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) et le Système des Nations Unies au Gabon.

Madame Marie-Evelyne PETRUS BARRY, Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies au Gabon, a souligné l’importance de « soutenir le message des jeunes en faveur de la paix particulièrement pendant la période électorale ».

Dans son mot de soutien, Monsieur Abdoulaye BATHILY, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Afrique centrale a rappelé la résolution historique, adoptée en décembre 2015 par le Conseil de sécurité des Nations Unies, qui met en relief « le rôle des jeunes hommes et femmes dans la mise en œuvre de la paix et de la lutte contre toute forme de violence » et reconnait « l’urgente nécessité de mobiliser les jeunes artisans de la paix pour la promotion de la paix et la lutte contre l’extrémisme ». 


L’artiste gabonaise Annie-Flore Batchiellilys avec la jeunesse africaine lors tournage du clip de la chanson de la campagne
© UNESCO

Cette campagne a bénéficié de l’accompagnement artistique de la chanteuse gabonaise Annie-Flore Batchiellilys. Une chanson « Donnons la paix » a été écrite pour l’occasion par cette dernière et les jeunes des organisations à l’initiative de la campagne.

Pendant la conférence presse les jeunes ont tenu également à partager l’expérience émotionnelle et pédagogique d’être acteur de la conception et réalisation d’une telle campagne médiatique.

Une vingtaine de médias nationaux et internationaux se sont déjà engagés à participer à cette campagne en diffusant les différents supports médiatiques produits avec l’appui technique de l’Institut gabonais de l’image et du son (IGIS) : clip de la chanson, spot télévisuel, spot radiophonique, annonce pour la presse écrite et bannière web.