« Nous devons agir comme une famille mondiale », déclare le Président de Cabo Verde à l’UNESCO

Paris, 9 novembre – Le Président de la République de Cabo Verde, Jorge Carlos de Almeida Fonseca, est intervenu aujourd’hui devant la 38e Conférence générale qui réunit tous les Etats membres de l’Organisation jusqu’au 18 novembre.

Après avoir rendu hommage aux actions accomplies par l’UNESCO depuis 70 ans, le Président a évoqué les défis auxquels l’humanité doit faire face tels que l’accès à une éducation de qualité, la protection de l’environnement ou encore l’exercice d’une citoyenneté effective.

« A ces défis s’ajoutent la lutte contre l’intolérance, la culture de la violence, l’extrémisme, manifestations qui, hélas, n’épargnent ni des populations sans défense, ni des symboles iconiques de la créativité humaine et du patrimoine culturel et historique universel » a déclaré Jorge Carlos Almeida Fonseca.

«  En tant que pays insulaire en développement africain, le Cabo Verde se félicite de la priorité accordée à l’Afrique et aux Petits Etats insulaires en développement dans la conviction qu’elle sera reflétée de manière conséquente dans les ressources mobilisées » a-t-il poursuivi.

Le Président a rappelé le soutien de son pays à l’action de l’UNESCO en faveur du dialogue, de la culture de la paix et de l’éducation à la citoyenneté. « Nous devons agir comme une famille mondiale où la solidarité, la coopération et les partenariats se présentent d’une façon nettement humaniste et constructive ».

À l’issue de son intervention, le Président s’est entretenu avec Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO. Au cours de cette rencontre bilatérale, elle a salué  l’engagement de Cabo Verde en faveur de la culture et ses efforts pour que celle-ci soit prise en compte dans le Programme 2030 pour le développement durable.

La Directrice générale et le Président de Cabo Verde ont également évoqué la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21), organisée à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Irina Bokova a rappelé la menace que fait peser le changement climatique sur les Petits États insulaires en développement et s’est réjouie de l’engagement du pays en faveur des énergies renouvelables.

Le Président était notamment accompagné par Maria de Jesus Veiga Miranda, Secrétaire d’État aux Affaires étrangères ; Manuel Faustino, Secrétaire général de la Présidence et Maria Fatima Lima de Veiga, Ambassadeur, Déléguée permanente auprès de l’UNESCO.