« Nous tenons une nouvelle chance de construire ensemble une solide diplomatie culturelle » déclare Irina Bokova aux responsables de l’Union européenne

dg_ep_drupal.jpg

Federica Mogherini et Irina Bokova

Le 15 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a participé à plusieurs réunions avec des responsables de l’Union européenne en vue de renforcer la coopération dans le domaine de la protection de la culture et de l’éducation en situation d’urgence.

La Directrice générale était entendue dans le cadre d'une audience publique du Parlement européen présidée par Mme Silvia Costa, députée européenne, sur le « rôle de l’UNESCO pour la protection et la promotion de la diversité culturelle » qui était organisée par la Commission de la culture et de l'éducation du Parlement européen.

La Directrice générale a évoqué la coopération de l’UNESCO avec l’Union européenne, en particulier dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, la protection du patrimoine culturel et la réponse aux situations d’urgence.

« Avec le soutien de l’Union européenne, l’UNESCO s'efforce d'apporter l'éducation dans les camps de réfugiés de Jordanie, de Syrie et d’Iraq pour venir en aide aux jeunes, qui sont extrêmement vulnérables et constituent des cibles faciles pour des groupes criminels », a déclaré la Directrice générale, qui a ajouté : « j’ai pu constater les effets de ces programmes sur le terrain ; ce sont des projets que nous pouvons reproduire et intensifier ».

L’audience coïncidait avec le 10e anniversaire de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, l’une des plus importantes contributions de l’UNESCO à la protection des droits humains et à la construction d’une citoyenneté ouverte dans un monde globalisé.

« C’est cette conception positive de la diversité culturelle que nous devons tous réaffirmer face aux immenses défis qui secouent l’Europe et le monde – le nettoyage culturel au Moyen-Orient, l’afflux de migrants et de réfugiés, la crise identitaire que traversent de nombreuses sociétés », a déclaré la Directrice générale. C’est un élément central de la crise humanitaire et sécuritaire que nous connaissons – tuer les populations et détruire le patrimoine relèvent d’une seule et même stratégie qui cherche à désintégrer le tissu social des sociétés. C’est une partie intégrante de la crise humanitaire et sécuritaire."

Le même jour la Directrice générale a rencontré Mme Federica Mogherini, la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-Présidente de la Commission européenne, pour travailler sur de futures voies de coopération.

« La diplomatie culturelle fait partie intégrante de notre politique étrangère commune », a affirmé la haute représentante. La Directrice générale a souligné la nécessité de concentrer les efforts également sur l’éducation et la culture afin de favoriser l’inclusion et d’offrir des opportunités aux jeunes des pays en crise.  

Cette opinion est partagée par M. Christos Stylianides, Commissaire européen pour l’aide humanitaire et de la gestion des crises : « L’éducation est le lien entre le programme humanitaire et le programme de développement ».

Irina Bokova a participé à une réunion bilatérale avec M. Hahn, Commissaire pour la politique européenne de voisinage, afin de rappeler la nécessité d’agir de concert pour relever les défis de la crise en Syrie – « Face à une crise globale, la réponse doit être globale et ne pas se limiter à une intervention militaire. L’UNESCO et l’Union européenne ont beaucoup en commun pour investir dans l’éducation et offrir des perspectives à la jeunesse ». M. Hahn a notamment insisté sur le pouvoir que recèlent la culture et le patrimoine culturel d’apporter un regain de confiance et de créer de nouvelles opportunités pour des jeunes en situation de fragilité.

Irina Bokova et M. Carlos Moedas, Commissaire européen pour la recherche, la science et l'innovation sont convenus que la diplomatie scientifique possédait le pouvoir de jeter des ponts entre les pays : « à mesure que la technologie va se développer, la science va prendre de plus en plus d’importance dans le développement des sociétés, et l’Union européenne et l’UNESCO ont beaucoup de projets à mener, de la coopération dans le domaine de l’eau à l’éducation scientifique des filles et des femmes ».

Irina Bokova a également participé à une réunion bilatérale avec M. Geert Bourgeois, Ministre-Président des Flandres et partenaire de longue date de l’UNESCO, afin de renouveler leur engagement commun en faveur de la protection du patrimoine culturel pris pour cible et la nécessité d’insuffler une vigueur nouvelle aux messages de tolérance et de compréhension mutuelle « contre toutes les forces qui cherchent à diviser l’humanité ».