Nouveaux partenariats éducatifs pour soutenir les jeunes syriens frappés par le conflit et la crise

Lors d'une réunion à Washington le 15 avril 2016, l'UNESCO a réaffirmé son engagement en faveur d’une plate-forme commune pour traiter sans délai le financement de l’éducation dans les situations d’urgence telles que la crise des réfugiés syriens.

Faisant suite aux engagements pris lors du Sommet d'Oslo sur l'éducation pour le développement de juin 2015, la réunion de haut niveau des Champions de l’éducation en situation d’urgence présidée par M. Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale, a décidé d’instaurer une plate-forme commune et de créer un fonds dédié à l'éducation dans les situations d’urgence, juste à temps pour le Sommet humanitaire mondial d’Istanbul, en mai 2016.

Svein Osttveit, Directeur du Bureau exécutif de l’Éducation de l’UNESCO, a indiqué lors de la réunion que l'UNESCO était pleinement engagée en faveur de la nouvelle plate-forme/du nouveau fonds. Il a insisté sur l'importance d'aligner son travail avec l’agenda du développement 2030 et en particulier avec l’ODD4, et sur l'importance de la nouvelle initiative d’appui à l'enseignement secondaire, à l’EFTP et à l'enseignement supérieur, ainsi qu’aux opportunités de l’éducation non formelle pour les jeunes touchés par la crise.

Les représentants du Secteur de l’éducation de l’UNESCO ont assisté à une série d'événements organisés en marge des Réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI à Washington, notamment la réunion de la Coalition mondiale des entreprises pour l'éducation, des tables rondes avec Augustin Matata Ponyo, Premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC), la réunion de haut niveau des Champions de l'éducation dans les situations d’urgence et la Commission de l’éducation.

Nouveaux modes de collaboration pour fournir et financer l'éducation

La Coalition mondiale des entreprises pour l'éducation a réuni plus de 80 chefs d’entreprise et représentants d'agences de développement sur le thème de la création et de l’utilisation de nouveaux partenariats pour fournir une éducation aux jeunes touchés par le conflit et la crise des réfugiés syriens, offrir des opportunités et des modèles de nouveaux modes de collaboration pour améliorer la fourniture et le financement de l’éducation.

Dans ses conclusions Gordon Brown, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale, a souligné qu'il “voulait que le secteur privé soit au cœur du nouveau fonds pour l'éducation dans les situations d’urgence.”

Les tables rondes avec M. Ponyo, Premier ministre de RDC, ont été principalement consacrées aux préparatifs du pays en vue du nouveau plan pour l’éducation pour la période 2016-2025 et aux moyens permettant aux donateurs et à la communauté internationale de mieux coordonner leurs efforts pour accompagner le pays dans la réalisation de ses objectifs ambitieux pour l’éducation et dans la recherche de mécanismes de financement innovants pour parvenir à ces buts.

“Depuis 2006, l'UNESCO a soutenu la RDC dans l’édification des bases d’une meilleure gestion de son système éducatif, grâce au développement de statistiques de l’éducation fiables et d’un SIGE - système d’information sur la gestion de l’éducation ” a déclaré M. Osttveit.

La Commission de l’éducation a été co-présidée par Borge Brende, Ministre des Affaires étrangères de Norvège et par Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale et Président de la Commission internationale sur le financement des opportunités mondiales pour l’éducation. L'Envoyé spécial a soumis une nouvelle proposition de partenariat permettant aux pays qui acceptent d'adopter une cible plus ambitieuse pour l'éducation de recevoir un appui financier.