Le numérique au service de l’alphabétisation pour la résilience, la paix et la réconciliation nationale

15 Septembre 2017

Bamako, 12 septembre 2017A l’instar des autres pays du monde, le Mali a célébré le vendredi 8 septembre 2017, la 51ème journée internationale de l’alphabétisation sur le thème: « l’alphabétisation dans un monde numérique ». La cérémonie était présidée par Mme Keïta Aminata Maïga, épouse du Président de la République.

Ont également pris part à la cérémonie, le Ministre de l’Education Nationale, le représentant du Chef du Bureau de l’UNESCO à Bamako, plusieurs membres du Gouvernement, notamment le Ministre de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, le Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, le Ministre de la Promotion des Investissements et du Secteur Privé , le Ministre de l’Artisanat et du Tourisme, les anciens Ministres de l’Education, et bien d’autres responsables chargés des questions scolaires et d’alphabétisation.

La participation du Représentant du Bureau de l’UNESCO au Mali à cette cérémonie avait notamment pour objectif de réaffirmer l’engagement de l’UNESCO auprès du Gouvernement malien envers l’alphabétisation, l’éducation non formelle et la valorisation des langues nationales pour une paix et un développement socio-économique durable.

Dans son allocution, M. Saye a rappelé que l’UNESCO a été au premier rang des efforts d'alphabétisation entrepris à l’échelle mondiale depuis 1946, donnant un élan à la vision d'un monde où chacun saurait lire, écrire, calculer mais également de façon idéale utiliser les technologies de l’information et de la communication.

Il a apprécié le thème national: « le numérique au service de l’alphabétisation pour la résilience, la paix et la réconciliation nationale ». Selon M. Saye, les outils numériques permettront d’aider à élargir l’accès à un apprentissage de qualité, à améliorer le suivi des avancées réalisées, à faciliter l’évaluation des compétences, et renforcer l’efficacité de la gestion et de la gouvernance des systèmes de transmission des compétences.

M. Saye a rappelé que son Organisation, en étroite collaboration avec les Ministères en charge de l’Education, de la Formation Professionnelle et le Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication, vient de finaliser et valider une étude diagnostique sur la synergie entre la formation professionnelle, l’alphabétisation et les nouvelles technologies pour l’autonomisation des femmes et des jeunes. « La prise en compte des recommandations de cette étude favorisera l’autonomisation des femmes et des jeunes et contribuera de façon significative à l’amélioration de la qualité des ressources humaines, de la production et de la productivité pour contribuer à la résilience, à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale », a-t-il affirmé.

Le Ministre de l’Education nationale a quant à lui estimé que « l’alphabétisation est un droit humain. Elle autonomise les individus, les familles, les communautés et améliore leur qualité de vie. Grâce à son effet multiplicateur, l’alphabétisation contribue à éliminer la pauvreté, à réduire la mortalité infantile, à infléchir la croissance démographique, à atteindre l’égalité des genres et à assurer le développement durable, la paix et la démocratie ». Il a enfin souligné l’importance de l’alphabétisation de masse, la lutte contre la précarité, pour aider à la mise en œuvre efficace de l’accord pour la paix, la réconciliation nationale, l’éducation citoyenne.

Mme Kéïta Aminata Maïga a quant à elle salué les efforts du Gouvernement et de ses partenaires en la matière tout en déplorant que malgré tout, le Mali enregistre un taux élevé d’analphabètes notamment au sein des femmes et des jeunes en particulier les jeunes filles.

 Selon elle, la formation professionnelle est une nécessité vitale. Il faut donc lier l’école à la vie. « Nous devons tous prendre conscience de l’urgence d’une formation professionnelle qui ouvre d’autres perspectives d’insertion sociale, à la fois différentes et complémentaires de celle des fonctionnaires et bureaucrates » a-t-elle rajouté.

La cérémonie a été marquée par la remise par la Première Dame, du Ciwara d’excellence, à la Commune de Kourouma dans la région de Sikasso, pour les bons résultats obtenus en matière d’alphabétisation. Plusieurs prix ont également été remis aux lauréats du concours en langues nationales, ainsi qu’une distinction aux hommes et femmes engagés dans la promotion de l’alphabétisation.

Lien photos : https://www.flickr.com/photos/135945845@N05/albums/72157688758613415