Le patrimoine mondial est un phare pour le développement durable

Au moment où l’UNESCO examine les nouvelles inscriptions sur la liste du Patrimoine mondial, la Directrice générale Irina Bokova s'est exprimée sur les défis du Patrimoine mondial et a exposé sa vision pour l'avenir.

« L'idée du Patrimoine mondial est d'autant plus efficace qu'elle est belle et crédible » a-t-elle soulignée. « Dans cette enceinte, nous sommes les gardiens d'un idéal, où chaque culture s'enrichit et se renforce par la sauvegarde de toutes les autres. C'est cette idée que nous devons transmettre à travers la protection du Patrimoine. »

La Directrice générale est revenue sur les récentes réalisations de l’UNESCO pour la protection du patrimoine culturel au Mali, en Egypte, en Ouganda, appelant également à cesser les violences et les attaques envers la culture en Syrie et en Iraq.

« La vitalité du patrimoine mondial ne se mesure pas seulement au nombre de sites inscrits- On ne protège une idée qu’en lui restant fidèle, par la force morale dans la durée » a-t-elle souligné.

Irina Bokova a tracé trois grands axes d’action pour continuer à porter le message du Patrimoine mondial dans les années à venir : (i) la fidélité absolue aux principes d’objectivité et d’impartialité de la Convention, (ii) l’approfondissement de l’idée fondatrice du patrimoine mondial, vers de nouvelles initiatives de coopération culturelle, citant notamment les projets transfrontaliers et (iii) utiliser le patrimoine mondial pour traiter les enjeux contemporains du développement durable, de l’urbanisation, de la protection de l’océan et du dialogue interculturel.

« La culture représente, au-delà de l’inscription de tel ou tel site, une plateforme unique pour la paix et pour le développement durable et c’est cette vision globale que nous devons intégrer dans le programme des Nations Unies pour après 2015. »

En marge de la réunion du Comité, la Directrice générale s’est entretenue avec différents délégués et a salué les autorités du Qatar pour leur contribution de 10 millions de dollars au fonds d’urgence pour la prévention et la gestion des risques « cette décision est particulièrement opportune, compte tenu des menaces qui pèsent sur le patrimoine aujourd’hui, en Syrie et en Iraq notamment ».

Irina Bokova rencontrera Sheihka Al-Mayassa Bint Hamad Bin Khalifa Al-Thani, présidente du Comité du patrimoine mondial, lors d’une réception officielle donnée au Musée d’Art Islamique de Doha.