Le PIDC est prêt pour l'ère numérique

Albana Shala, présidente du Programme intergouvernemental de l'UNESCO pour le développement de la communication (PIDC) a traité ce sujet lors du Forum mondial des médias de la Deutsche Welle.

Elle s’est exprimée à l'occasion d’une table ronde intitulée : « Les Nations Unies à 70 ans – en route vers l’avenir : l'ONU est-elle adaptée à l’ère numérique ? »

Ms Shala a souligné que le PIDC évolue afin de relever les défis de l’ère numérique, au travers de partenariats tels que celui conclu avec la Deutsche Welle sur les indicateurs de viabilité des médias – qui concerne également la viabilité des médias numériques, et en soutenant des projets novateurs dans le domaine des médias comme une formation en ligne destinée aux magistrats mexicains.

Ces actions visent à combler le fossé numérique entre les nations, à soutenir la liberté d’expression sur Internet, ainsi que l’accès à l’information, et à définir ces derniers comme étant des droits.

“Aucune autre évolution contemporaine n’est susceptible d’avoir un impact à long terme aussi profond sur la société mondiale que la révolution de l’information et la montée en puissance d’Internet » selon la présidente du PIDC.

Ms Shala a décrit le PIDC comme étant à l’avant-garde des efforts de promotion de la sécurité des journalistes, dont la sécurité numérique fait partie. En outre, le PIDC favorise l’autonomisation des jeunes afin qu’ils puissent faire figurer leurs problèmes de façon efficace sur l’agenda des médias numériques et des réseaux sociaux.

« C’est cela qui permet aux jeunes de prendre le contrôle de leur propre identité – au lieu de les laisser vulnérables aux manipulations émotionnelles de la propagande et de la publicité. Nous vivons dans un monde jeune » a-t-elle déclaré.

Elle a noté que le Conseil du PIDC soutenait de façon constante le travail de définition de règles au travers de l’élaboration et de l'utilisation d’indicateurs pertinents pour le développement des médias.

Ce travail englobe les indicateurs pour le développement d’Internet, afin d’évaluer dans quelle mesure l’universalité d’Internet se trouve renforcée par les principes des droits de l’homme, de l’ouverture, de l’accessibilité et de la participation d’acteurs multiples (principes ROAM).

Il faudrait faire davantage mais le PIDC s’adapte toujours mieux, selon la présidente du PIDC, qui a ajouté qu’ « il va sans dire que les Nations Unies doivent s’adapter à l’ère numérique, à laquelle il n’y a pas d’alternative ».