Le Premier Ministre japonais, M. Shinzo Abe, exprime son soutien à la mission de l’UNESCO.

Le Premier Ministre japonais, M. Shinzo Abe, s’est engagé à intensifier la vaste coopération de son pays avec l’UNESCO lors d’une réunion à Tokyo avec la Directrice générale, Mme Irina Bokova, le 7 novembre.

M. Shinzo Abe a exprimé l’espoir que la Conférence mondiale sur l’Éducation en vue du développement durable (EDD), qui s’est ouverte à Aïchi-Nagoya le 10 novembre en présence de plus de 1 000 participants, servira à promouvoir l’EDD au sein de la communauté internationale longtemps après la décennie qui va bientôt s’achever. La Directrice générale a affirmé que la Conférence témoignait du leadership du Japon, en rappelant que ce pays avait été un architecte de cette décennie inaugurée en 2005.

Dans le domaine de la culture, parlant de l’inscription du moulin à soie de Tomioka sur la Liste du patrimoine mondial en 2014, le Premier Ministre japonais a déclaré qu’il avait récemment observé que le site était visité par de très nombreux touristes, ce qui était la preuve de son importance en tant que bien culturel. 

« Le Japon est un partenaire très fidèle de l’UNESCO avec qui il entretient des liens étroits, a déclaré Mme Bokova, qui a souligné leur solide coopération dans le domaine de l’éducation, du patrimoine culturel matériel et immatériel et des sciences, et rappelé que le premier club UNESCO avait été fondé à Sendai en 1947.

Elle a évoqué le Programme de promotion de l’alphabétisation en Afghanistan généreusement soutenu par le Japon ainsi que sa récente visite en Iraq, en soulignant l’importance du rôle joué par l’UNESCO dans l’autonomisation des hommes et des femmes par l’éducation, la promotion de la diversité des cultures et le développement de la compréhension mutuelle.

« C’est ainsi que nous participons à la réponse concertée au terrorisme et à l’extrémisme et nous partageons beaucoup avec le Japon dans ce combat », a ajouté Mme Bokova.

Le Premier Ministre a répété que « le Japon va poursuivre sa contribution à l’accomplissement de la mission prescrite par l’Acte constitutif de l’UNESCO » et exprimé son soutien à la Directrice générale dans l’impulsion qu’elle a donnée au processus de réforme de l’Organisation. Ce soutien a été réaffirmé lors d’une réunion avec M. Kentaro Sonoura, Vice-Ministre parlementaire chargé des affaires étrangères.

Les moyens de renforcer la participation des jeunes et les partenariats de l’UNESCO avec le secteur privé ont alimenté les discussions lors d’un dîner organisé en l’honneur de la Directrice générale par le Ministre de l’éducation, de la culture, des sports, de la science et de la technologie, M. Hakubun Shimomura, dans le cadre élégant de la Maison des invités d’État, en présence de plusieurs hauts dirigeants de sociétés.

Ce dîner a été un hommage raffiné au washoku dans des tons d’automne, des traditions culinaires du Japon inscrites au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2013. Le Ministre a souligné l’importance de mettre en avant des exemples de réussite, citant un projet d’EDD qui a permis de redresser des écoles peu performantes en tissant des liens étroits avec la communauté locale, ou encore les contributions du secteur privé à un Fonds gouvernemental créé pour augmenter sensiblement le nombre de jeunes japonais étudiant à l’étranger et d’étudiants étrangers venant au Japon.

Il s’agit d’un investissement pour l’avenir, parce que les entreprises ont besoin de collaborateurs tournés vers le monde. Nous sommes dans une phase de transition vers un nouveau modèle de partenariats public-privé qui pourrait être étendu à d’autres domaines », a déclaré le Ministre.

Il a parlé des effets du changement climatique et du réchauffement climatique au Japon en soulignant la nécessité d’y apporter des réponses collectives. La Directrice générale a salué le Japon pour sa clairvoyance, ses initiatives et son engagement auprès de l’UNESCO et a affirmé que l’éducation était le fondement du développement durable. 

Mme Bokova s’est adressée à un large public de chefs d’entreprise lors d’une conférence sur « le pouvoir de persuasion de l’UNESCO et son ordre du jour » donnée à l’Association japonaise des dirigeants d’entreprises  – Keizai Doyukai – et présidée par M. Yasuchika Hasegawa.

L’association fondée en 1946, regroupe quelque 1 300 hauts dirigeants d’entreprises. Mme Bokova a cité des exemples de création de tendances et de coopération innovante dans le monde entier avec le secteur privé, en déclarant que « les partenariats public-privé sont des éléments essentiels de la boîte à outils du pouvoir de persuasion dont nous avons besoin pour façonner un avenir plus inclusif, durable et juste pour tous ». Elle a précisé que les partenariats devaient être ancrés dans des valeurs et des objectifs communs et être créatifs par leur fond et par leur forme.