Prévention des violences et promotion de la culture de la paix en période électorale en Afrique

20 Janvier 2017

Contribuer à la consolidation de la démocratie électorale en Afrique par la promotion de valeurs démocratiques, tel était l’objectif de la Conférence internationale FESA-UNESCO du 12 décembre 2016, à Luena (Angola).

C’est dans cette ville symbole de Luena, dans la province de Moxico, où a été signé en février 2002 le « Cessez le feu » mettant fin à la guerre civile angolaise, que la Fondation Eduardo dos Santos (FESA) et l’UNESCO ont tenu à organiser une conférence internationale sur le thème « Prévention des violences et promotion de la culture de la paix en période électorale en Afrique ».

Les principaux intervenants à cette conférence, qui a vu la participation d’environ cinq cent personnes, étaient des officiels angolais tels que le Ministre de l’Education, M. Pinda Simão, le Ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Albino da Conceicao José et l’Ambassadeur, Délégué Permanent de l’Angola auprès de l’UNESCO, Son Excellence M. José Diekumpuna Sita, et quelques membres du Réseau de fondations et institutions de recherche pour la promotion de la culture de la paix en Afrique et du Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le Ministre de l’Education a réaffirmé l’importance de la culture de la paix comme le meilleur outil pour prévenir les violences en Afrique et assurer une saine cohabitation entre les citoyens des différentes régions et cultures.

Le Représentant du Sous-Directeur général pour l’Afrique à l’UNESCO, M. Loïtéohin Félix Yé, Directeur du Bureau régional multisectoriel de Yaoundé (Cameroun) et Représentant de l’UNESCO en Afrique centrale, s’est quant lui, dans son mot de circonstance, félicité du leadership exemplaire de l’Angola dans la promotion de la culture de la paix en Afrique.

« La paix est un véritable et long processus qui implique tout le monde sans exception. Que cette conférence soit un levier pour la promotion et la consolidation de la paix, avec les jeunes, pour la prospérité de l’Angola, de l’Afrique, du monde » a souligné le Président du Conseil national de la jeunesse angolaise et membre du PAYNCOP, M. Antonio Tiagao Mateus

La conférence, articulée autour de deux table-rondes, a donné l’occasion aux intervenants de présenter les actions menées par leurs institutions dans leurs différents pays d’origine, dans le domaine de la prévention des conflits en période électorale, et de discuter des moyens pour amener l’ensemble des parties impliquées à s’abstenir de tous actes susceptibles de créer des tensions politiques et intercommunautaires, et à privilégier des actions favorisant le déroulement apaisé des processus électoraux. A l’issue des débats, plusieurs recommandations ont été formulées en vue de prévenir toute violence pré- et post-électorale en Afrique.

La conférence s’est achevée par le lancement officiel en Angola de la Campagne des jeunes pour la culture de la paix en Afrique centrale « Des mots différents, une seule langue : la Paix » ; campagne lancée le 9 juillet 2016 au Gabon, à l’initiative du Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCOP). Son objectif de cette Campagne comporte deux volets : la médiatisation de la notion de « culture de la paix » afin de susciter à la fois une prise de conscience et une réaction de l’opinion publique, en général ; et celle du rôle de la jeunesse dans la construction et la consolidation de la paix et de la non-violence au quotidien.

La tenue de cette conférence a également été l’opportunité, le lendemain, 13 décembre, de deux réunions, en parallèle, du Réseau de fondations et d’institutions de recherche pour la promotion de la culture de la paix en Afrique et du Réseau panafricain des jeunes pour la paix.


© UNESCO