Prix Nobel : un appel à se mobiliser pour l’éducation et la paix

Le 10 octobre, le prix Nobel de la paix 2014 a été décerné conjointement à Kailash Satyarthi et Malala Yousafzaï «pour leur lutte contre la répression des enfants et des jeunes et pour le droit de tous les enfants à l'éducation.» Ce prix rend hommage à l'engagement exceptionnel de Kailash Satyarthi et Malala Yousafzaï à promouvoir l'éducation comme un droit humain fondamental pour tous et au courage unique qu'ils ont mis à le défendre. « L'attribution du prix Nobel de la paix à ces deux ardents défenseurs de l'éducation est un message retentissant sur l'importance de l'éducation pour la construction de la paix durable à travers le monde », a déclaré Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO. Cet appel est particulièrement important, alors que quelque 58 millions d'enfants ne sont pas scolarisés, parmi lesquels la moitié sont des filles - et qu’environ le même nombre d'enfants ne sont pas scolarisés dans le secondaire, et que les écoles sont de plus en plus prises pour cible. Ces évolutions...

Le 10 octobre, le prix Nobel de la paix 2014 a été décerné conjointement à Kailash Satyarthi et Malala Yousafzaï «pour leur lutte contre la répression des enfants et des jeunes et pour le droit de tous les enfants à l'éducation.»

Ce prix rend hommage à l'engagement exceptionnel de Kailash Satyarthi et Malala Yousafzaï à promouvoir l'éducation comme un droit humain fondamental pour tous et au courage unique qu'ils ont mis à le défendre.

« L'attribution du prix Nobel de la paix à ces deux ardents défenseurs de l'éducation est un message retentissant sur l'importance de l'éducation pour la construction de la paix durable à travers le monde », a déclaré Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO.

Cet appel est particulièrement important, alors que quelque 58 millions d'enfants ne sont pas scolarisés, parmi lesquels la moitié sont des filles - et qu’environ le même nombre d'enfants ne sont pas scolarisés dans le secondaire, et que les écoles sont de plus en plus prises pour cible. Ces évolutions jettent une ombre sur le développement durable des sociétés entières, alors que les pays cherchent à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement et les objectifs de l'éducation pour tous d'ici 2015.

Ce prix Nobel de la paix est une reconnaissance du pouvoir de l'éducation pour la paix. L'éducation est essentielle pour la dignité humaine et le respect, c’est la condition de sociétés plus résilientes et du développement durable et inclusif. Tels sont les fondements d'une paix durable, tel qu'exprimé dans l’Acte constitutif de l'UNESCO, il y a près de 70 ans.

« L'éducation est une force pour l'enseignement du respect et de la tolérance, pour la compréhension mutuelle et le dialogue, aussi bien que pour l’éradication de la pauvreté », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO. « Le fondement le plus solide de la paix réside dans le respect de l'égale dignité de chaque fille et chaque garçon, de chaque femme et chaque homme, et c'est pourquoi l'éducation est si essentielle.»

L'UNESCO travaille en étroite collaboration avec les deux lauréats du prix Nobel. Kailash Satyarthi a été à l'avant-garde du mouvement mondial pour mettre fin à l'esclavage des enfants et l'exploitation des enfants depuis les années 1990. En tant que fondateur et président de la Campagne mondiale pour l'éducation et de la Marche contre le travail des enfants dans le monde, il a mis sa passion et son courage au service du droit à l'éducation de chaque enfant. L'UNESCO soutient le travail de Malala Yousafzaï dans sa lutte pour promouvoir l'accès à une éducation de qualité pour tous, en particulier les filles.

 

L'éducation des filles est une priorité de toutes les actions de l'UNESCO, comme la plus puissante force de transformation positive des sociétés. Tel est l'objectif du Fonds Malala pour l'éducation des filles, lancé par l'UNESCO et le Gouvernement du Pakistan, pour renforcer la formation des enseignants et le plaidoyer en faveur de l’égalité des genres dans et par l’éducation.

Pour atteindre ces objectifs, l'UNESCO travaille également à travers le monde afin de renforcer la protection des écoles dans des situations de conflit, comme récemment, en soutien à la mise en œuvre de la résolution 1998 (2011) du Conseil de sécurité des Nations Unies, et par le biais de la note d’orientation pour le terrain adoptée par le Conseil de sécurité en 2014 sur le même sujet.

« Ce Prix Nobel est le Prix Nobel pour l'éducation, c’est un prix pour l'éducation des filles – car la place d’un enfant, c’est d’être à l’école : toutes les filles et tous les garçons doivent être à l'école, et ne devraient pas en être empêchés en raison du mariage précoce, du travail, ou parce qu’ils sont traités comme des marchandises ou des produits », a déclaré Irina Bokova.

« C'est pourquoi il est impératif que l'éducation soit au cœur du nouveau programme mondial de développement durable que les États façonnent pour préparer l’après-2015 - parce que l'éducation de qualité et l'apprentissage tout au long de la vie pour tous est la force la plus puissante pour la pérennité de tout développement et pour jeter des bases durables pour la paix », a-t-elle poursuivi. Dans les années 1990, M. Satyarthi a fondé Bachpan Bachao Andolan (Mouvement pour sauver la petite enfance) en se consacrant  à la lutte contre le travail des enfants considérée comme une question de droits humain, et pas seulement comme une question de bien-être ou de charité. Il a ensuite intégré son mouvement dans les efforts visant à réaliser l'éducation pour tous. Jusqu'à présent, son organisation a libéré plus de 80 000 enfants de la servitude en les réintégrant  dans la société par l'éducation. En 2001, M. Satyarthi avait mené la campagne pour le Droit fondamental à l'éducation - une marche de 15000 km. à travers l'Inde qui a conduit à une modification de la Constitution et à l’adoption d’une loi du Parlement instaurant le droit à l'éducation gratuite et obligatoire des enfants. Il a longtemps travaillé avec l'UNESCO et a siégé au conseil d'administration du Partenariat Mondial pour l’Education. Malala Yousafzaï est devenue célèbre pour son activisme en faveur de l'éducation des filles, en particulier autour de sa maison dans la vallée de Swat, au Pakistan, où des groupes taliban locaux interdisent aux filles de se rendre à l’école. En 2009, à l'âge de 11 ans, elle a commencé à faire campagne pour l'éducation, apparaissant dans les médias à travers le monde. Un an plus tard, un homme armé montait à bord de son autobus scolaire, à sa recherche et lui tirait dessus à trois reprises. Grièvement blessée, Malala, fut envoyée dans un hôpital de Birmingham au Royaume-Uni en convalescence. C'est là qu'elle vit aujourd'hui, poursuit ses études et continue de militer pour l'éducation des filles. L'UNESCO et le Gouvernement du Pakistan ont mis en place un fonds à son nom afin de financer des programmes dans le domaine de l’éducation.