Le projet UNESCO-Chine accroît la présence des TIC dans la formation des enseignants de 10 pays africains

À l’occasion d’une réunion au siège de l’UNESCO à Paris les 19-20 avril 2016, la Chine a annoncé l’octroi de 4 millions de dollars E-U. de fonds supplémentaires pour faire avancer le projet UNESCO-Fonds en dépôt de Chine (CFIT) dédié à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans la formation des enseignants.

La réunion “ Mettre à profit la technologie pour une formation des enseignants de qualité en Afrique” s’est penchée sur les réalisations et les enseignements à tirer des trois premiers pays du projet : Côte d’Ivoire, Éthiopie et Namibie, elle a examiné les progrès accomplis au Congo, en RD Congo, au Liberia, en Tanzanie et en Ouganda et elle a annoncé deux nouveaux pays bénéficiaires, le Togo et la Zambie.

L'événement s’est déroulé en présence de représentants des Ministères de l'Éducation et d’institutions de formation des enseignants, des Délégations permanentes et des Commissions nationales auprès de l'UNESCO des pays CFIT et de la Chine, des évaluateurs externes et du personnel de l’UNESCO.

S’exprimant au nom des trois pays, dans ses observations liminaires le Dr Charmaine Villet, Doyenne de la Faculté de pédagogie de l'université de Namibie a déclaré : “Nous sommes très reconnaissants d'avoir pu participer à cette grande histoire, d’avoir eu l'occasion de convertir la diligence et les intenses efforts en succès et réalisations du projet, en impact et en progrès, le tout dans le but de rehausser la qualité de l’éducation dans nos pays.”

Le Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l'Éducation, M. Qian Tang, a indiqué que plus de 70 ateliers de formation avaient été organisés à l’intention de plus de 3 000 éducateurs et que plus de 50 modules de formation des enseignants ou documents d’orientation avaient été révisés ou élaborés dans le cadre du projet.

Expliquant le succès des projets, le Secrétaire général de la Commission nationale chinoise auprès de l'UNESCO, M. Du Yue, a noté que “l'expérience chinoise a prouvé qu’un enseignement attrayant en classe pouvait contribuer à améliorer les acquis des élèves, et par conséquent à rehausser la qualité de l’éducation.

L'Ambassadrice de Chine auprès de l'UNESCO, Mme Zhang Xiuqin, a assuré que la Délégation permanente chinoise continuerait à travailler en étroite collaboration avec les Délégations permanentes des pays CFIT afin de capitaliser sur la réussite du projet.

Aligner les priorités des pays avec les Objectifs de développement durable

Au vu de son succès à ce jour, le pays donateur a annoncé l'extension de sa contribution sous la forme de fonds supplémentaires de 4 millions de dollars E-U. pour la période 2017-2018 et l’ajout de deux nouveaux pays bénéficiaires – le Togo et la Zambie.

Ce succès est dû en partie à l’appropriation de l’élaboration et de la mise en œuvre par les pays bénéficiaires : le fort engagement des ministères et institutions pertinents et l'alignement avec les priorités des pays et les ODD mondiaux.

Le projet CFIT a débuté en 2012 suite à un accord conclu entre la Directrice générale de l’UNESCO Mme Irina Bokova et l’ancien président chinois M. Hu Jintao, portant sur un don de 8 millions de dollars du gouvernement chinois, pour une période de quatre ans s’achevant en 2016. Le projet est une des initiatives de l’UNESCO pour contribuer à l’ODD4 (Éducation de qualité et inclusive) et l’ODD9 (Innovation).