Mobilisation pour le patrimoine: Irak, Syrie et autres pays en conflit

Le 3 décembre 2014, l'UNESCO a organisé une conférence internationale sur le thème « Patrimoine et diversité culturelle en péril en Iraq et en Syrie » à son siège à Paris, afin de faire prendre conscience de l'ampleur de la destruction du patrimoine culturel dans cette région aujourd'hui. L'objectif de cette conférence était aussi d'attirer l'attention sur le fait que la destruction du patrimoine culturel et la persécution des minorités ne constituent pas seulement une urgence culturelle, mais aussi un impératif politique et de sécurité, qui nécessite des réponses adéquates au niveau politique et humanitaire.

Dans un contexte de conflit sectaire de plus en plus violent et de destruction intentionnelle des lieux culturels en Iraq et en Syrie, processus que la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a qualifié de « nettoyage culturel », la réunion a tâché de rassembler les parties prenantes afin de trouver de nouveaux moyens de protéger plus efficacement le patrimoine culturel menacé et de mieux intégrer la dimension culturelle dans la réponse politique aux crises, ainsi que dans les stratégies de développement, d'aide humanitaire, de consolidation de la paix et de sécurité. 

L'expression « nettoyage culturel » désigne une stratégie visant à supprimer intentionnellement la diversité culturelle en ciblant délibérément des personnes en fonction de leur appartenance culturelle, ethnique ou religieuse, alliée à des attaques délibérées de leurs lieux de culte, de mémoire et d'enseignement. La stratégie de nettoyage culturel que l'on peut observer en Iraq et en Syrie se reflète dans les attaques contre le patrimoine culturel, à la fois contre des expressions de la culture physiques, matérielles et édifiées telles que des monuments et des bâtiments, et contre des minorités et des expressions immatérielles de la culture telles que les coutumes, les traditions et les croyances.

Tous les intervenants ont souligné les nombreuses formes sous lesquelles la culture ou le patrimoine culturel se retrouve en première ligne des conflits aujourd'hui et, de là, la nécessité d'en tenir compte dans l'élaboration et la mise en œuvre d'une réponse efficace et durable. Les liens suivants entre culture et conflits ont notamment été cités lors de la conférence : 

  • La prise pour cible délibérée du patrimoine culturel en vue de détruire la légitimité d'autrui d'exister en tant que tel, illustrant les formes les plus violentes de fanatisme de notre époque ;
  • Le lien très probable entre le trafic illicite d'objets culturels et le financement du terrorisme et de la violence sectaire ;
  • La destruction délibérée d'écoles, de lieux culturels et d'institutions représentant la liberté d'expression et d'opinion, ainsi que la prise pour cible délibérée de journalistes et de professionnels œuvrant pour renforcer ces valeurs, ce qui témoigne d'une stratégie cohérente de destruction des fondements de la société humaine. 

La conférence a également pointé du doigt la nature évolutive des conflits du XXIe siècle, qui se déroulent souvent entre plusieurs acteurs non internationaux et dans des zones urbaines, et qui ciblent les populations civiles. Ainsi, de nombreux sites culturels ont été détruits ou ont subi des dommages collatéraux de la guerre, tandis que l'instabilité et l'effondrement des gouvernements ont facilité le pillage de musées et de sites archéologiques.

Face à ces enjeux, les participants à la conférence ont formulé cinq propositions stratégiques concrètes : 

  1. Une interdiction internationale du commerce d'objets culturels en provenance de Syrie émanant du Conseil de sécurité (CS) des Nations unies (ONU) et faisant écho à une mesure similaire prise pour l'Iraq avec la résolution 1483 du CS de l'ONU (2003).
  2. La création de « zones de protection culturelle » autour des principaux sites du patrimoine afin de réduire la violence en négociant un « gel » des hostilités, à commencer par des lieux ayant une valeur culturelle commune, comme la ville d'Alep.
  3. Un investissement plus important dans l'accès à une éducation de qualité comme moyen fondamental d'éviter une plus grande radicalisation et de favoriser le respect de la diversité culturelle, du pluralisme et du dialogue entre différentes communautés.
  4. Le renforcement de la ratification et de la mise en œuvre de la Convention de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et de ses protocoles additionnels, et la fin de l'impunité pour les attaques délibérées contre le patrimoine culturel, qui sont reconnues comme crimes de guerre par le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.
  5. Une analyse approfondie du processus de « nettoyage culturel », notamment de son importance dans le contexte de la protection des droits de l'homme et de la prévention des génocides.

L'UNESCO travaille actuellement sur ces questions, en collaboration avec les agences et les partenaires compétents en la matière. Parallèlement, la directrice générale de l'UNESCO a annoncé à la conférence le lancement d'une campagne de sensibilisation multidirectionnelle pour la protection du patrimoine culturel syrien et iraquien. Cette campagne va utiliser différents moyens de communication - des réseaux sociaux à la production de ressources audiovisuelles - pour diffuser largement le message de l'UNESCO. Elle va également exploiter le réseau de musées à grande visibilité (comme le Louvre), de maisons de vente aux enchères, ainsi que des médias nationaux et internationaux, en produisant des ressources communes et en réalisant des campagnes sur les réseaux sociaux.

La conférence a été organisée grâce au soutien généreux de l'État du Koweït et du Royaume d'Arabie saoudite. Elle a réuni des décideurs, des experts et des représentants d'Iraq et de Syrie, ainsi que des conservateurs du monde entier, des universitaires, des décideurs et responsables politiques, des représentants d'organisations internationales et non gouvernementales, des agences d'application de la loi et des professionnels des musées et des enchères du plus haut niveau.

 Le rapport ci-dessous présente les principales idées et suggestions stratégiques de chaque intervenant énoncées lors des trois sessions de la conférence (cf. programme en Annexe) : le segment de haut niveau, la table ronde sur le thème « Nettoyage culturel - La diversité culturelle menacée » et la table ronde sur le thème « Protéger le patrimoine culturel en Iraq et en Syrie : un impératif de sécurité ».

Enfin, ce rapport présente les observations complémentaires des invités n'ayant pas eu l'occasion d'intervenir lors de la conférence mais qui ont fait part de leurs idées par écrit (section VII).

 

Le rapport de conférence présentant les idées principales et propositions politiques de chaque intervenant est disponible ici.

Voir la vidéo (en anglais): Heritage and Cultural Diversity at Risk in Iraq and Syria

 

<h1 style="margin: 0px 0px 13px; padding: 0px; border: 0px; font-size: 24px; display: table-cell; vertical-align: top; width: 610px; color: rgb(34, 34, 34); font-weight: normal; word-wrap: break-word; font-family: arial, sans-serif; background-image: initial; background-attachment: initial; background-size: initial; background-origin: initial; background-clip: initial; background-position: initial; background-repeat: initial; " class="yt watch-title-container"></h1>