Une recherche de l’UNESCO présentée en avant-première à un congrès de journalistes

Les conclusions d’une publication prochaine de l’UNESCO “La protection des sources d’information des journalistes à l’ère numérique » ont été présentées au World Editors Forum qui s’est tenu à Washington cette semaine, à l’occasion du congrès annuel de l’Association mondiale des journaux et des éditeurs (WAN-IFRA).

La recherche menée en vue de cette publication, qui examine la situation dans 121 pays, a démontré que la protection des sources est à la traîne, et qu’une législation doit être mise en place ou amendée afin de prendre en considération les problèmes de l’ère numérique.

Une brochure résumant les conclusions a été distribuée lors de la réunion, où l’UNESCO était représentée à la table ronde par Guy Berger, Directeur de la Division pour la liberté d’expression et le développement des médias.

Selon cette brochure : « Il est essentiel qu’un cadre législatif protège la confidentialité des sources des journalistes au niveau international pour une diffusion de l’information d’intérêt public – information qui n’aurait sans cela peut-être jamais vu le jour.»

Le document mentionne plusieurs positions importantes de l’UNESCO et des Nations Unies sur le sujet. Un cadre en 11 points a été proposé, afin de permettre une évaluation des législations protégeant les sources à l’ère numérique.

L’étude a été menée pour l’UNESCO par la WAN-IFRA, dans le cadre d’une recherche plus vaste sur l’internet commandée par la résolution 52 de la 37e Conférence générale.

Selon ses conclusions, la protection des sources des journalistes à l’ère digitale nécessite une réforme des systèmes de surveillance selon les recommandations de l’Assemblée générale, des réformes législatives de la part des États, une formation des journalistes à la sécurité numérique et des efforts pour informer le public et les sources sur les moyens de communication numériques sûrs.

Un des thèmes essentiels discuté lors de la conférence WAN-IFRA a été la sécurité des journalistes et le problème de l’impunité des agressions menées contre eux.